L’imagination au pouvoir

Quand il s’agit de science fiction on a tout intérêt à suivre l’injonction soixante huitarde “L’imagination au pouvoir”! Malheureusement les petits bonshommes verts n’ont jamais été l’expression d’une imagination débordante pas plus que le nombre d’yeux, de bras ou de jambes : le gardien d’Héra, le géant Argos était déjà pourvu d’au moins une centaine d’yeux, quand, par ailleurs on ne peut pas nier que depuis longtemps le Sphynx témoignait d’une certaine originalité ! Aujourd’hui, dans la grande lignée “enseigner est le propre de la nature” la science imagine un nouveau type d’extra terrestre (Alien Life Might ‘Think’ More Like an Octopus Than a Human,
https://www.livescience.com/65835-octopus-brains-in-arms-aliens.html?utm_source=ls-newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=20190701-ls ). Mais imaginer ne signifie pas créer ex nihilo :  l’imagination ne fait que reproduire en faisant intervenir de l’inattendu. Dans le cas présent, il s’agit tout simplement d’aborder la question du mode de pensée d’un mode de vie vie supposé possible. La pieuvre n’est pas le premier céphalopode objet de science. Le calmar et son axone géant ont déjà fait les beaux jours des lycéens. Ces cephalopodes octopodes et décapodes, apparus probablement pour les premiers au Paléozoïque et les seconds au Mésozoïque prouvent qu’il ne doit plus être parlé d’espèces inférieures. Dans chaque règne à l’instant t, l’évolution a atteint son point culminant même si ce culmen est destiné à être dépassé !

Tags: , ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *