Forçage génétique

Médecine curative et médecine préventive peuvent-elles être encore considérées comme les deux mamelles de la santé humaine ? Hippocrate qui se disait descendant d’Asclépios/Esculape, lui même fils d’Apollon, pratiqua l’art de la médecine. Aristote quelques décennies plus tard observe et raisonne : il dissèque et classe. La scientifisation est en route et ne peu plus s’arrêter si bien que art et techné se mélangent jusqu’à ce que aujourd’hui une technicité conquérante semble avoir totalement effacer la première. Ainsi est-ce la première idée qui vient à la lecture de l’article Self-destructing mosquitoes and sterilized rodents: the promise of gene drives (https://www.nature.com/articles/d41586-019-02087-5?utm_source=Nature+Briefing&utm_campaign=901fd95ecc-briefing-dy-20190705_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_c9dfd39373-901fd95ecc-43241421). En seconde approche, on ne peut que s’émerveiller de ce qu’il soit devenu possible de modifier les lois de l’hérédité de Mendel . Puis viennent les questions : comment passe-t-on de la virtualité (modélisation) à la réalité, que devient un équilibre plus ou moins fragile quand on le détruit, puis pour finir, quel(s) sera(seront) le(s) décideur(s) ?

Eradiquer le paludisme deviendrait enfin une réalité, mais les altérations génétiques et les modifications de transmissibilité devenues possibles sont des portes dont on ne peut savoir sur quoi elles ouvrent. Asclépios-Esculape fut foudroyé par Zeus pour avoir ressuscité des morts ce qui n’est pas (encore) le but poursuivi dans l’article cité mais à quel sort doit s’attendre l’homme qui possèdent les clefs ?

Tags: ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *