Archive for janvier, 2021

Un pour tous, tous pour un

samedi, janvier 16th, 2021
Vecteurs pour Coopération, Illustrations libres de droits pour Coopération  | Depositphotos®

Elle appartient à la classe des Electrophoridae ou Gymnotidae, du genre electrophorus : c’est un poisson d’eau douce, l’anguille électrique. Elle appartient à la classe des Insecta du genre Abeille Européenne, l’abeille mellifère. La première se caractérise par sa capacité à produire des décharges électriques à partir de plaques électriques situées dans la partie postérieure. Isolément une anguille peut émettre des décharges atteignant 860 volts mais elles peuvent aussi se regrouper jusqu’à cent individus entourant leurs proies (Electric eels can supercharge their attacks by working together). Une dizaine suffira à étourdir les heureux élus grâce à une décharge de 8600 volts ! L’anguille électrique suit donc, sans la connaître, la loi universelle d’additivité des tensions dans un circuit en série. L’abeille mellifère possède un microbiote intestinal, ce n’est pas vraiment étonnant. Ce qui l’est plus c’est qu’il influe sur le CHC (hydrocarbures cuticulaires) permettant d’identifier des individus hostiles (Honeybee Microbes Shape the Colony’s Social Behavior). Ainsi le microbiote joue-t-il un rôle dans la biologie sociale de l’abeille dont on connaît depuis longtemps la vie en colonie avec ses trois castes. L’éthologie animale est loin d’avoir livré tous ses secrets, sa complexité est plus la règle qu’une quelconque simplicité.Est-on pour autant autorisé à parler de culture animale comme on parle de la culture humaine (D.Lestel, https://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Lestel) comme on parle de la culture humaine ?

Même pas besoin !

mardi, janvier 12th, 2021
Visage déstructuré ( mauve) - Vente de bijoux fimo en ligne - VISAGES fimo

EEG ou Electro-Encéphalo-Gramme : technique d’enregistrement de l’activité électrique cérébrale spontanée. La moins invasive se pratique à travers le scalp et les enveloppes méningées : elle nécessite la pose d’électrodes au niveau du scalp en regard de zones privilégiées. Ce type d’exploration a permis de mettre en évidence l’existence d’ondes spécifiques de l’état de veille et de celui du sommeil. Comment qualifier l’enregistrement d’une activité électrique comparable à celle du sommeil quand l’animal, chez lequel cet examen est pratiqué, ne possède pas de structure cérébrale (https://www.livescience.com/sleep-brain-evolution-hydra.html?utm_source=notification) ? Et donc, comme le dit si bien l’article sus cité “Notre cerveau a besoin de sommeil pour fonctionner correctement. Mais il s’avère que vous n’avez pas besoin d’un cerveau pour dormir” . Quel peut-être l’intérêt d’une telle découverte ? Postuler la possibilité que la nécessité physiologique du sommeil ait précédé la structure cérébrale en tant que telle et qu’il y ait eu disjonction entre l’évolution de la structure et l’état physiologique périodique qu’elle sous-tend. Cela suggère de modifier un mode de pensée trop habituel. Faire aller de pair structure et fonction dans le champ spatio-temporel !

Persiste et signe !

dimanche, janvier 10th, 2021
Comment éviter la pensée de groupe - A man in the arena

C’était il y a deux ans, Avi Loeb présentait Oumuamua, preuve de l’existence d’une vie extra terrestre et aujourd’hui, il aimerait beaucoup être pris au sérieux (An alien machine already visited us, Harvard astrophysicist still contends). Alors, pourquoi donc ne le croit-on pas ? Et pourquoi est-il si personnellement atteint par ce refus de la communauté scientifique des astrologues ? A la première question se rattachent des explications scientifiques d’ordre physique quant à l’objet incriminé comme sa forme à partir de sa lumière, ou bien sa vitesse de déplacement. Avec la seconde question on entre dans le domaine de la psychosociologie, ce qui est au moins tout aussi intéressant ! L’auteur évoque en effet ce qui est appelé “la pensée de groupe“. Les biais cognitifs étant actuellement à l’honneur, il semble bien que ce concept (1952) en fasse partie : le groupe devenu prévalent impose sa vision, ses décisions et ainsi se conforte. Et donc ce mystérieux petit cigare interstellaire autorise l’auteur à acquérir la dimension du héros seul contre tous. Même si le biais cognitif est une distorsion qui introduit l’irrationalité dans une démarche, il a pour fonction chez celui qui le pratique, de rationaliser sa perception en rétablissant sa posture par rapport à ses semblables. Mais attention, le bouc émissaire rode en embuscade !