Posts Tagged ‘campagne’

Hibou des villes, hibou des champs !

lundi, décembre 14th, 2015

hidden life of the burrowing owlMR de La Fontaine en a peu parlé (L’Aigle et le Hibou, http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/aighibou.htm) , mais son hibou se situait plutôt en pleine nature qu’en ville et son voisinage avec l’aigle ne fut pas des plus profitables pour sa lignée. Son avenir aurait-il été différent s’il avait habité en ville à l’époque, c’est la question, mais  il eût fallu pour ce faire que l’aigle n’y habitât point ! Qu’en est-il aujourd’hui quand il existe bel et bien une urbanisation de la gente aviaire (Urban Owl-Fitters, http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/44580/title/Urban-Owl-Fitters/) ! Tous ne quittent pas leur habitat naturel, mais un certain nombre d’entre eux le fait, en particulier la Chevêche des terriers (Athene cunicularia) ou chouette des terriers  et pourquoi ne pas chercher à savoir pourquoi ? Trouver que ce sont les oiseaux les moins peureux de l’homme qui le “suivront” en ville ne révolutionnera pas l’idée que l’on peut se faire de toute cohabitation ! Doser l’hormone dite de stress  comme le cortisol par exemple montre simplement que l’oiseau urbain lorsqu’il est stressé récupère plus rapidement que l’oiseau rural alors que le taux est le même dans les deux populations en dehors de toute agression. Mais il serait beaucoup plus instructif de chercher à savoir pourquoi des animaux dits “sauvages” envahissent progressivement le domaine urbain (http://www.leparisien.fr/informations/des-animaux-sauvages-en-ville-22-06-2014-3942669.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F) ? Les espèces sont multiples et variées tout autant que les causes évoquées de cet exil : diminution du domaine rural au profit du domaine urbain, exclusion des plus faibles par les plus forts, amélioration des conditions de vie urbaine non seulement en terme de l’aménagement de la ville mais aussi en terme de l’attitude humaine envers des compagnons inattendus …. Et pour terminer quels bénéfices pour les uns comme pour les autres parce que (peut-être) est-ce là le primum movens ? Mais la chouette des terriers, pour ne parler que d’elle, dira-t-elle jamais ce qu’elle apprécie dans la compagnie humaine ?