Posts Tagged ‘cosmétologie’

Le tour du monde en quatre vingt jours

dimanche, septembre 27th, 2015

1406410190-J2aJules Vernes a fait voyager Philéas Fog par delà les cinq continents. On est en 1872 et c’est le siècle de la révolution industrielle. JY Cousteau (et L. Malle),  avec Le Monde du silence en 1955 puis le Monde sans soleil en 1965, imagine ce sixième monde où la vie de l’homme pourrait peut-être exister. Estimant (certainement) que ce nombre n’était pas suffisant, l’homme a choisi d’en créer un septième  (Le 7e continent de plastique : ces tourbillons de déchets dans les océans
 http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/09/le-7e-continent-de-plastique-ces-tourbillons-de-dechets-dans-les-oceans_1696072_3244.html#LVcwzuWLjovIfAzG.99!). Il est vrai, assez peu stable, insuffisamment même pour s’y installer, il représente pourtant une superficie à peu près équivalente à celle d’un tiers des Etats Unis ou six fois celle de la France. Il s’agit surtout d’une plaque de déchets dérivant dans le nord de l’océan Pacifique, terre de mort pour les habitants aquatiques  tout au long de la chaine alimentaire. Personne n’ignore l’impact du monde des plastiques, parmi lesquels les  emballages, dont la durée de vie sans être éternelle est très largement supérieure à celle des hommes. Mais il s’agit là d’un monde visible, macroscopique . Il existe aussi un monde microscopique d’autant plus redoutable ! Microscopique mais largement présent, puisqu’il entre dans la préparation de nombre de produits cosmétologiques ayant récemment envahi le marché (In the name of beauty, http://www.nature.com/news/in-the-name-of-beauty-1.18398?WT.ec_id=NATURE-20150924&spMailingID=49614214&spUserID=MTUyNTcxOTczMTcwS0&spJobID=763182077&spReportId=NzYzMTgyMDc3S0). “Miroir, mon beau miroir, dis moi quelle est la plus belle”, la sorcière des frères Grimm n’a plus besoin d’une pomme empoisonnée, le poison est présent dans la crême et l’on peut même affirmer que la peine est double : la publicité est mensongère et l’habitat marin est détruit !

Miroir, mon beau miroir …

dimanche, septembre 15th, 2013

Le portrait de Dorian Gray, le mythe de Narcisse, la marâtre de Blanche Neige, pour ne citer que quelques contes et légendes dans le désordre, posent comme référence la beauté de l’image. Mais il ne s’agit pas de n’importe quelle image quand il s’agit de l’image du visage et dans le cas présent, pas de n’importe quel visage mais de son propre visage. Or cette image c’est à la fois celle que le miroir reflète mais aussi ce que le regard de l’autre vous renvoie. Il n’en est que de constater l’importance prise par la publicité dans le domaine de la cosmétologie aussi bien du visage que du corps, dont on est en droit de se demander comment elle peut satisfaire aux critères qui font qu’elle n’entre pas dans le cadre des publicités mensongères ! Quoiqu’il en soit l’article Beauty, Science-Deep, (http://www.the-scientist.com//?articles.view/articleNo/37215/title/Beauty–Science-Deep/) vient à point pour rappeler combien ce domaine qui aurait pu continuer à passer pour futile, s’inscrit dans le peloton des industries qui utilisent les techniques de laboratoire les plus sophistiquées. Après que l’opinion se soit indignée de l’usage des animaux mais aussi dans le but d’être au plus près des caractéristiques du revêtement cutané humain, on emploie dans les laboratoires de cosmétologie les techniques utilisées dans les laboratoires de recherche les plus performants sans autre question que celle d’estimer le plus et le moins pour chacune d’entre elles, soit encore d’estimer un rapport qualité/prix témoignant de l’utilisation mercantile des dites méthodes. Comment dès lors faut-il interpréter la rapidité avec laquelle ces techniques ont été adoptées et les réticences à l’encontre de la Résonnance Magnétique Nucléaire lors de sa mise en route malgré les immenses débouchés diagnostiques qu’elle portait en elle (A New Way of Seeing,
http://www.the-scientist.com//?articles.view/articleNo/37172/title/A-New-Way-of-Seeing/
) ? Époques différentes, domaines d’application différents, utilisateurs différents, impacts sociétaux différents ? Faut-il chercher une/la/des réponse (s) ?