Archive for mai, 2021

Chaînon manquant ?

lundi, mai 31st, 2021
Prométhée et la Condition humaine – billetsmythologiquesdotcom

Comment l’écriture est-elle née est une question intéressante et pour y répondre, les nombreuses études s’appuient essentiellement sur des artéfacts humains au nombre desquels les peintures pariétales tiennent un grand rôle. Comment le langage est-il né est une question tout aussi importante mais sa réponse repose sur le vent : comme le dit la vulgate populaire “verba volant, scripta manent” ! Au commencement que l’on choisisse le polythéisme ou le monothéisme, l’humanité a préféré faire le choix d’une langue unique : celle des créatures de Prométhée, celle des descendants d’Adam. Puis après ce temps de la compréhension universelle, un accroc dans le déroulement de l’humanité vint mettre un terme à cette époque bienheureuse et s’installa le temps de l’incompréhension universelle. Les mythes et les écritures se rejoignent pour évoquer ce temps d’un langage commun et c’est justement ces débuts de l’oralité que la science cherche à explorer (Scientists find ‘missing link’ behind first human languages). Si depuis quelques temps déjà on évoque l’influence possible du passage à la bipédie pour que l’homo abilis ait été en mesure de parler vers la fin du paléolithique, il n’existe que des hypothèses concernant les débuts du langage articulé. Or il existe déjà bel et bien des langages inarticulés porteurs de signification comme par exemple les vocalises des oiseaux, mais il ne s’agit là que d’un exemple parmi tant d’autres. Et donc, pourquoi ne pas imaginer qu’avant une expression orale articulée ait pu existée des vocalises humaines. : quand on mime un ronflement, celui qui l’écoute n’aura aucun doute sur l’interprétation du son ! Par contre, il n’est peut-être pas justifié d’envisager la vocalise débarrassée d’une gestuelle d’accompagnement, puisqu’il faut toujours joindre le geste à la parole !

Définir ?

vendredi, mai 21st, 2021
Peintures, Fou rire, Page 1041, Art Moderne et Contemporain

Quel est le propre de l’homme ? A question ancienne, multiples réponses. Et l’on pourrait proposer un certain nombre de citations dans le but de les attribuer à leurs auteurs. “Animal politique”, ” Roseau pensant”, “Substance qui pense et raisonne uniquement”, “Intuition comme mode de connaissance” ….. La définition étant une délimitation et l’homme étant en perpétuel construction aucune définition ne peut, ne pourra jamais lui être attribuée. De plus toutes celles qui ont été proposées prenaient comme unité de référence l’espèce animale, les caractéristiques de l’une devant manquer à l’autre. Mais on le sait aujourd’hui, l’homme n’est pas le seul à vivre en société, à échanger, à attribuer une finalité à un objet, à se reconnaître dans un miroir, et le comble pourrait bien avoir été atteint puisque le rire ne lui appartiendrait plus en propre (Do animals laugh?). Si selon H. Bergson, “le rire est le placage de la mécanique sur du vivant”, quel serait alors le rire de l’animal ? Les études menées sur des primates, des mammifères, des oiseaux, montrent que les vocalises assimilées au rire ne sont émises qu’en situation ludique et qu’en terme d’expression sonore elles n’atteignent jamais ce qui a été qualifié de “rire homérique” chez l’homme. Enfin aucune situation ne semblerait correspondre à un rire ayant pour origine l’humour, un savoir rire de soi-même. Il existe peut-être encore quelques différences entre l’homme et l’animal mais il est de fait que les antispécistes gagnent du terrain !

Vérité historique

dimanche, mai 16th, 2021
Guerre de Troie — Wikipédia

L’histoire est née avec l’écriture. La date en est et restera imprécise puisqu’elle ne peut être établie que sur la découverte d’artéfacts c’est à dire d’objets dus à la technique humaine et qui ont traversé le temps pour être interprétés. Le support doit donc avoir défié les agressions multiples et variées auquel il aura été soumis. Par ailleurs l’homme n’a pas mis au point ce système partout en même temps. Par contre, ce qui est vraisemblable c’est que sa naissance correspond à des besoins économiques et certainement pas à des besoins littéraires. Ainsi les récits “historiques” ne constituent ils pas les premiers textes écrits. Quoiqu’il en soit, si l’on excepte les récits mythologiques comme la Théogonie d’Hésiode qui parle d’un temps hors du temps, Homère serait le premier à avoir parlé d’une guerre “La guerre de Troie” que l’on situerait aux alentours du XIIème siècle av. J.-C. Hérodote et Thucydide, à peu près contemporains (Vème/IVème siècle av J.-C) sont considérés comme les premiers historiens. Néanmoins l’avantage dans ce domaine est accordé à Thucydide pour sa façon nouvelle de traiter son matériau. Il est en effet chroniqueur des faits auxquels il assiste mais il leur accorde une valeur universelle ce qui lui permet de les comparer à des récits antérieurs ce que ne fait pas Hérodote (https://www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_2007_num_85_1_5070). Et voilà que la confirmation qui se faisait attendre vient enfin d’éclater : Hérodote aurait menti , Thucydide est bien le meilleur (Herodotus lied about famous Greek battle against Carthage, new study finds). Mais s’il a menti, c’était pour la bonne cause , la fierté grecque ! Les siècles se ressemblent dans leur façon de traiter les sujets selon qu’ils y trouvent ou non leur intérêt : L’histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord.

Ecologie et évolution

samedi, mai 8th, 2021
Licorne — Wikipédia

Où il est question d’un nouveau facteur de l’évolution qui peut être mis en rapport avec des modifications écologiques. En 1859, Charles Darwin publie “De l’origine des espèces” dont émergent deux grandes idées : l’unité et la diversité du vivant s’expliquent par l’évolution, et le moteur de l’évolution adaptative est la sélection naturelle. En 1866, Gregor Mendel publie les bases théoriques de la génétique et de l’hérédité, “Recherches sur des hybrides végétaux”. En 1869, Friedrich Miescher, décrit une nouvelle protéine nucléaire. En 1888, Wilhelm Waldeyer donne le nom de chromosomes à de petits filaments réfringents disposés dans le noyau cellulaire au cours de sa division. En cinquante ans à la fin du XIXème siècle, tout est en place pour que cent ans plus tard, en 1953, la découverte de la structure en double hélice de l’ADN vienne compléter le tableau. Tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes, à condition d’ignorer les anti évolutionnistes. Et aujourd’hui on se pose la question de savoir ce que vont penser ces derniers à la lecture de l’article Hybrid Animals Are Not Nature’s Misfits. Non seulement des animaux d’espèces différentes peuvent avoir des descendants mais ceux-ci peuvent être fertiles. Lorsque le produit de ce croisement était stérile comme dans le cas du bardot ou du mulet, tout était conforme aux désirs de la nature puisque celle-ci ne pouvait pas accepter que ces croisements “inadaptés” puissent à leur tour procréer. Mais quand ils le peuvent, c’est le monde à l’envers, et ce d’autant plus qu’il s’agit probablement d’une possibilité que cette diablesse d’évolution avant dans sa manche et dont on ne tenait pas compte pas plus que des écosystèmes dont les modifications jouent aussi leur partition. Quand on croit avoir en main tous les outils , on s’aperçoit que la nature en a gardé en réserve !

Qu’est ce qu’une horloge ?

mardi, mai 4th, 2021
https://file1.science-et-vie.com/var/scienceetvie/storage/images/1/0/8/108373/a-recherche-temps-cache.jpg?alias=exact1024x768_l

L’horloge parle du temps, c’est la raison pour laquelle elle s’appelle horloge et l’homme tente depuis déjà un certain temps de mesurer cette dimension ! Clepsydre ou sablier, même rôle qu’il s’agisse d’eau ou de sable : mesure d’une portion de temps dans le temps, comme les trois minutes du sablier indiquent quand l’oeuf à la coque est bien à la coque. Pour connaître les heures du jour, ce qui est nettement plus facile que les heures de la nuit, c’est le cadran solaire que les grecs du IVème siècle ont emprunté, en l’améliorant, aux égyptiens. Du temps de l’oralité, du temps de la préhistoire dans le monde grec, la mesure du temps s’inscrit dans un autre temps ! Le temps est cyclique, se reproduit selon un schéma immuable, c’est donc un temps qui n’est pas le temps de l’histoire. Ce dernier n’apparaitra qu’avec le temps devenu linéaire selon la Bible. Mais ce temps de l’extériorité s’est vu complété d’un temps de l’intériorité, ô combien complexe ! Celui que vit l’individu et celui qui régit l’individu. C’est de ce dernier dont il est question dans l’article Tiny timekeepers in our cells. L’horloge biologique dont il est question n’est qu’une des multiples facettes du domaine de la chronobiologie. A l’évidence le mot “temps” pourrait bien servir de paradigme au concept de polysémie tant il est vrai que ses définitions se multiplient parallèlement aux acquisitions de la technique humaine. Ainsi ces micro horloges biologiques n’appartiennent-elles pas à un temps commun puisqu’elles sont spécifiques de chaque vivant. Prise séparément chacune de ces horloges mesure un temps absolu mais pour l’espèce considérée, ce qui le relativise. Alors doit-on chercher et peut-on trouver un  PPCM, quand on sait que ce dernier est le produit du PGCD par le reste des facteurs non communs ?