Archive for novembre, 2023

Ensemble, pour le meilleur et pour le pire

samedi, novembre 18th, 2023

Le pediculus capitis, vulgairement dénommé poux de tête, est présent probablement depuis environ deux millions d’années, et les traces les plus anciennes du genre Homo remontent à plus de deux millions d’années (Homo habilis 2Ma,8). Qu’on le croit ou non le premier accompagne le second depuis autant de temps ! L’action du premier sur le second ne devait pas être fondamentalement différente de son action actuelle et peut-être les Homines habiles cherchaient-ils les poux dans la tête de leur parentèle. Mais là n’est pas le propos. Cette association, à but non lucratif, se révèle particulièrement intéressante dans le domaine de recherche des migrations de populations (Head lice invaded the Americas alongside the 1st humans). Ainsi les analyses génétiques des poux d’Amérique du Nord et des poux d’Amérique Centrale ont montré des différences qui permettent d’interpréter les mouvements des populations primitives. Il est en effet possible de distinguer des déplacements depuis la Sibérie du Nord et l’Asie de l’Est vers le continent américain. Mais l’histoire du poux ne finit pas avec les premiers habitants puisque des phénomènes de colonisation peuvent être suivis jusqu’à la seconde guerre mondiale. Ainsi peut-on se poser la question de savoir s’il convient d’éliminer les poux étant donné leur importance scientifique ?

Subjectivité sensorielle

vendredi, novembre 10th, 2023

Se méfier de ses perceptions est un étape indispensable à l’exercice du doute. Le monde dans lequel vit l’homme est-il ou non une réalité ? Cette question sans âge mais pas sans intérêt, est la première marche à la mise en place du doute rationnel. La perception du temps représente le paradigme de la subjectivité. D’expérience courante, l’attente dans des conditions différentes mais dans un temps d’horloge identique ne semble pas s’écouler de manière identique ! Ce qui porte à croire que le temps peut tout aussi bien ralentir que s’accélérer ce qui par ailleurs est du domaine courant au fur et à mesure du vieillissement humain : avec l’âge le temps court de plus en plus vite. La question est donc la suivante “Comment le cerveau traite-t-il le temps ? ” En fait la perception du temps est consubstantielle à la perception de l’environnement de l’individu en cause (Why does time slow down in near-death experiences?). Comme par ailleurs le cerveau a enregistré des faits antérieurs eux-mêmes inscrits dans un environnement sensoriel il ne s’agit jamais d’une perception première, entachée qu’elle est d’un avant. L’idée de l’auteur est que l’adaptabilité du temps s’inscrit dans une démarche d’amélioration de la survie de l’individu. Ainsi la sensation “subjective” d’un allongement du temps permettrait une meilleure prise en compte des informations permettant d’éviter des actions trop rapides et de ce fait inadaptées. Si l’on adhère à une vision finaliste de l’existence de l’être vivant il est logique d’imaginer que les processus adaptatifs se succèdent dans le but d’une amélioration progressive même si la finitude reste de rigueur !