Posts Tagged ‘mégalithe’

Calendrier ou pas calendrier ?

jeudi, mars 30th, 2023

Parce que l’homme a toujours constater l’existence d’un certain nombre de répétitions, il en a déduit la survenue d’évènements sur lesquels il pouvait compter pour se situer dans un monde “incompréhensible“. Chaque jour s’efface devant la nuit, la terre perd ses récoltes pour les retrouver à intervalles réguliers, tandis que la lune parcourt des quartiers pour reprendre sa forme de disque. Cette succession de modifications et de récupérations a été interprétée par l’homme comme la preuve d’un temps cyclique que l’on pouvait diviser en un certain nombre d’unités répétitives et identiques. Ainsi put naître la mesure du temps et les hommes mirent au point des appareils pour en rendre rendre compte. Le cadran solaire fait partie de ces instruments de mesure, probablement l’un des tous premiers, un objet dont la taille peut du reste être variable. A tel point qu’un ensemble mégalithique datant probablement du néolithique secondaire fait peut-être partie de ces “instruments” de mesure. Stonehenge se trouve ainsi au centre d’une controverse où s’affrontent les spécialistes : pour les uns il s’agit d’un calendrier ce que les autres réfutent avec véhémence : en Mars 2022, Stonehenge a peut-être été utilisé comme calendrier solaire (https://www.livescience.com/stonehenge-was-ancient-solar-calendar), en Mars 2023, Stonehenge n’est probablement pas un ancien calendrier (Was Stonehenge an ancient calendar? A new study says no.). Il est vrai que cet alignement de pierres reste d’interprétation particulièrement difficile. Si l’on peut en dater l’origine, il n’existe aucun argument décisif en ce qui concerne leur signification. Le premier article repose sur une étude numérologique, le second sur l’imprécision des cercles de pierres et interprète plutôt l’alignement comme participant à un lieu de mémoire en raison du grand nombre de sépultures qui y ont été retrouvées. Néanmoins l’un n’exclut peut-être pas totalement l’autre dans la mesure où il existe quand même un alignement fonction du solstice d’hiver, date annuelle importante en ce qui concerne les morts, ce qui est toujours d’actualité ! On voit donc combien il n’existe pas une mais des interprétations quand on s’adresse aux artéfacts préhistoriques. Bien qu’il n’existe pas de mot qui ne soit polysémique l’écriture a néanmoins apporté un certain nombre de précisions qui manquent totalement en leur absence. C’est pourquoi il n’y a pas lieu de regretter ce champ d’imprécisions puisqu’il sera toujours une riche source d’interprétations dont les racines plongent dans l’imaginaire humain.