Un inventaire à la Prévert

Qu’est-ce qu’un inventaire à la Prévert ? Des Paroles qui ne sont pas en l’air mais pas que ça. C’est aussi ce qui vient à l’esprit à la lecture de l’article The New Species of 2017 (https://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/51171/title/The-New-Species-of-2017/&utm_source=hs_email&utm_medium=email&utm_content=59712187&_hsenc=p2ANqtz-_YAic7kvCiCKLLYjsJfsCQ4FZ88lT_NXtesfWB5vCvkz4IRQhq7wlVjlfT8zAdTS_NIZZgxQO2Zp9Dlwd-0MIdW-xx7A&_hsmi=59712187) qui vient clore l’année 2017. Et c’est aussi, même sans effet de style, un sujet d’émerveillement. Mirabile visu auraient dit les anciens ; la nature n’est-elle pas le plus grand sujet d’étonnement ! Les amphibiens explosent avec deux nouvelles espèces de crapaud et sept nouvelles espèces de grenouilles. Le monde des océans offre non seulement des crevettes  qui “chantent” mais aussi un groupe entièrement nouveau d’éponges. Mais il ne faudrait pas ignorer papillon de nuit et araignée pas plus que le rat le plus grand du monde avec ses quarante cinq cms  et son cousin le rat taupe. Quant au végétal, il existe des espèces qui se dispensent, comme d’autres, de photosynthèse mais qui contrairement à ces dernières peuvent sortir de terre pour fleurir. Et pour bien prouver que la taxinomie n’est pas un domaine dépourvu d’humour, le groupe Pink Floyd, Donald Trump et Bernie Sanders auront donné, sans le savoir (?) leur patronyme et passeront de ce fait et  quoiqu’il advienne, à la postérité. Ces “découvertes” ne remplacent pas les espèces disparues, comme on dit de futurs métiers qu’ils remplaceront les destructions actuelles, mais la biodiversité est peut-être infinie !

Tags: , ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *