La climatologie urbaine en question

5bpt3-l_Art_Vegetal_St_SAVINE_006Murs végétaux, toits végétaux, le végétal en ville est à l’honneur. Grandement recommandé par les spécialistes en climatologie il est néanmoins peu fait état de la(les)différence(s) qui existe(nt) entre les canicules urbaines et les canicules rurales. De triste mémoire est la canicule vécue dans les grandes villes françaises en août 2003. Plus récemment, dans l’optique d’une nouvelle canicule, les conseils tirés de l’expérience précédente, n’ont pas manqué d’être réitérés. Des conseils de bon sens certes, mais qui pour certains ne vont pas dans le sens d’une diminution de la température ambiante (comme l’air conditionné) mais qui témoignent surtout d’une expérience de courte vue ce qui de ce fait, lui retire une grande partie de sa valeur ! Ainsi en est-il probablement aussi de l’émergence du végétal urbain dont on semble penser qu’il ne sera pas suffisant dans les années à venir (How cities can beat the heat, http://www.nature.com/news/how-cities-can-beat-the-heat-1.18228?WT.ec_id=NATURE-20150827&spMailingID=49408427&spUserID=MTUyNTcxOTczMTcwS0&spJobID=743993671&spReportId=NzQzOTkzNjcxS0). Des avantages existent néanmoins, ne serait-ce que l’esthétisme retrouvé des toitures ! Mais le végétal n’est pas l’alpha et l’oméga, les couleurs en raison du phénomène de l’absorption sont également à prendre en compte, ce qui fait que l’on différencie le toit vert du toit frais (green roofs et cool roofs, Looking Up: How Green Roofs and Cool Roofs Can Reduce Energy Use, Address Climate Change, and Protect Water Resources in Southern California, http://www.nrdc.org/water/pollution/files/greenroofsreport.pdf). Mais comme rien n’est fondamentalement parfait, on subodore qu’il existe des effets collatéraux encore mal connus, comme celui sur les phénomènes pluvieux qui s’ils s’avéraient diminués iraient à l’encontre de l’effet recherché ! Peut faire mieux !

Tags: , ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *