Tolérance

Déception ! Travailler avec les parents ? Encore faudrait-il qu ...

Du latin tolero : supporter, lui même de tollo, porter, lui même de fero, porter lui même de φερω, porter. Tolerer, c’est savoir supporter, ce que certains organismes peuvent ou non faire avec des résultats variables. La question posée est de savoir s’il est mieux de pouvoir supporter la maladie ? A question trop simpliste point de réponse, mais à question plus précise, quelques éléments de réponse voient le jour (Could Tolerating Disease Be Better than Fighting It? https://www.the-scientist.com/features/could-tolerating-disease-be-better-than-fighting-it–65864?utm_campaign=TS_DAILY%20NEWSLETTER_2020&utm_medium=email&_hsmi=89341178&_hsenc=p2ANqtz-9Cq-EHmTNRWp0Kz_yUZtzy7AiCMQLh-OnqG6CdVtFndNARPmyH_9pJFq9VaNf1_b57ormXnX326MdKpkfV5BupuXTGAA&utm_content=89341178&utm_source=hs_email). A côté de l’efficacité d’un système immunitaire qui lutte contre l’intrus, quelqu’il soit mais avec une efficacité variable, il peut exister un autre système qui en favorisant la tolérance à cet intrus ouvre une autre voie, celle qui permet de vivre avec. Il existe probablement plusieurs facteurs en cause, et même probablement des facteurs différents en fonction de l’agent pathogène ce qui ne simplifie pas l’équation posée : maintien d’un métabolisme équilibré (glucose, fer), microbiote(s), facteurs génétiques … Mais en définitive de quoi s’agit-il ? De pouvoir assouvir ce fantasme humain d’un bien être total et permanent dont il serait le seul et unique responsable. Pas plus qu’il n’est maître de la nature il ne s’avère toujours pas maître de lui même. Heureusement sa déception le pousse à chercher !

Tags: , ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *