Minority report

Qui est la pythie ? [Partie1] | The temple of Apollo

En 1956, Ph.K.Dick situe la dystopie de sa nouvelle en 2054 à Washington : des humains mutants sont capables de prédire des actions délictueuses en particulier criminelles. Il devient donc facile de remédier à ce non acte par l’arrestation réelle du criminel potentiel. Or il est parfois difficile d’expliquer les raisons de ses actes car de longues chaînes d’évènements, branchées les unes sur les autres, aboutissent à un résultat “rationnellement imprévisible”. Ce que l’on peut considérer comme faux depuis ce mois-ci puisque le monde de l’auteur précédemment cité est en passe de devenir réalité : Feature: Neurological Correlates Allow Us to Predict Human Behavior. Ce ne sont pas des “précogs”, (https://fr.wikipedia.org/wiki/Minority_Report), mais une conjonction de facteurs hormonaux parmi lesquels l’ocytocine joue un rôle prépondérant. Cette hormone est connue depuis plus d’un siècle, et a même été qualifiée d’hormone des amoureux, ce qui prouve assez que son implication dans le comportement humain (et des mammifères) est connu en dehors de la sphère scientifique. La prédiction est une qualité recherchée de tous temps : les pythies en sont l’exemple parfait. Epouse du dieu Apollon, elle se doit d’être chaste durant sa vie terrestre. La pythie ne fait pas toujours l’unanimité, certaines mêmes comme Cassandre prêchent dans le désert. Leurs prédictions sont par ailleurs parfois difficiles à décrypter ce qui sera peut-être aussi le cas avec les prédictions basées sur les indicateurs hormonaux de l’investissement émotionnel !

Tags: , ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *