Questions ou leçons d’éthique ?

Charlie Hebdo et les droits des animaux : un engagement qui s'écrit  toujours au présent - Cause animale - Wamiz

En 1865, L’introduction à l’étude de la médecine expérimentale fait figure de tournant dans l’histoire des sciences tout autant que cent ans plus tard, Le normal et le pathologique. Médecine et sciences irrémédiablement liées, sont en effet source de questionnements alors qu’étant dans le même temps réponses. Pour Cl. Bernard, l’observation, premier temps fait naître la question ; c’est de cette expérience reconstruite que sortira l’explication assise sur une méthodologie rigoureuse. Ce qui n’empêche pas l’auteur d’affirmer qu’ « On a le droit de pratiquer sur l’homme une expérience toutes les fois que l’on peut lui sauver la vie ». G. Canguilhem installe l’individu au centre de sa réflexion attitude sans laquelle il est impossible de définit le normal et la pathologique. En cent ans, l’éthique s’est heureusement installée aux commandes et c’est la raison pour laquelle des expériences qui ne reposent sur aucune observation tout en s’accordant mal avec le vécu de l’individu, doivent questionner. C’est le cas traité par l’article ” ‘Pregnant’ male rats kindle bioethical debate” puisque l’expérience menée consiste à “coudre ensemble un rat mâle et un rat femelle, pour obtenir la naissance de jeunes vivants”. A quoi ont donc pensé les apprentis sorciers responsables : prouver la possibilité d’une gestation mâle et mettre ainsi fin à la discrimination insupportable que représente cette capacité exclusivement féminine ou bien rechercher simplement une notoriété de mauvais aloi ! Existe-t-il la moindre possibilité d’une implication thérapeutique pour le bien être de l’humanité. Et pour clore le tout, il est évident que la déclaration des droits des animaux est tout, sauf universelle !

Tags: , ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *