L’embryon et la science

Même si l’embryon est un être en devenir, jusqu’à la huitième semaine il n’est pas une personne car n’ayant pas de personnalité juridique. C’est pourquoi, sans que le terme soit explicitement utilisé, il est souvent assimilé à une “chose” puisque seule” la naissance constitue le point de départ de la personnalité juridique à condition pour l’enfant de naître vivant et viable”. Lorsqu’il s’agit d’un embryon in vitro, et en l’absence de projet parental, la recherche médicale est autorisée jusqu’au quatorzième jour. Mais la recherche fondamentale a inventé le “modèle d’embryon” obtenu à partir de cellules souches humaines aptes à reproduire le développement de structures de type embryonnaire. Aujourd’hui se pose la question d’une redéfinition de l’embryon (Embryo definition needs to change) dans la mesure où les processus évolutifs ultérieurs à cette date fatidique ne peuvent être étudiés laissant un champ inexploré dans le développement humain et ses altérations. Il conviendrait donc de pouvoir établir une différence entre “embryon humain” et “modèle d’embryon” eu égard aux questions éthiques et juridiques qui se posent obligatoirement dans ce cas de figure En effet, le point d’achoppement est de savoir si un modèle embryon est dans la capacité de se développer jusqu’au stade foetal ? Actuellement probablement pas, mais qu’en sera-t-il si les difficultés sont levées et dans ce cas faut-il travailler à lever ces difficultés ? En tout état de cause est-il temps de procéder au changement de définition de l’embryon humain ? Existe-t-il une différence entre le produit obtenu par fécondation in vitro dans le cadre d’un projet parental et en l’absence de celui-ci ? La seule question est donc à la suivante : Le “vouloir” est-il gage d’une humanité en devenir ?

Tags: , ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *