Psychohistoire (Isaac Asimov, 1920-1992)

C’est en 1941, dans la nouvelle ” Beyound all weapons” que Nat Schachner invente le concept de “psychohistoire” largement exploité par Isaac Asimov à partir de 1942. “Cette science permettrait de prévoir par le calcul les évolutions sociales. Bien que capable de prédire la réaction de masses humaines à certains événements, elle ne fonctionne que pour un très grand nombre d’individus et est incapable de prévoir la réaction d’un individu isolé face à un stimulus donné. Elle reconnaît par contre l’influence d’actes de petite envergure sur l’ensemble de la population qu’elle considère. On peut en cela l’apparenter à la — tout à fait scientifique — théorie du chaos”, qui “s’attache principalement à la description de ces systèmes à petit nombre de degrés de liberté, souvent très simples à définir, mais dont la dynamique .. apparaît comme très désordonnée”. Le chaos est un concept philosophique ancien selon lequel il existe des évènements prévisibles et d’autres qui ne le seraient pas et seraient alors le fruit du hasard. Or il est de notoriété publique que l’humanité n’a qu’une obsession, connaître le futur. Les anciens déjà ne pouvaient résister à ce travers et les pythies étaient connues pour délivrer des messages tellement incompréhensibles qu’ils donnaient lieu à des interprétations qui pouvaient se contredire. Quoiqu’il en soit, Asimov avait créer des équations “achaotiques” ayant pour but “de choisir les conditions initiales capables de stabiliser l’avenir à long terme“. L’article Scientists uncover hidden math that governs genetic mutations montre que des domaines des sciences modernes peuvent n’être pas fondamentalement éloignés des “prédictions” d’Isaac Asimov. L’article y montre qu’un gène peut continuer à fonctionner malgré les mutations présentes et qu’il existe une lien avec les mathématiques fondamentales tel que “on peut prédire la fréquence à laquelle des mutations génétiques entraînent des changements de fonction“. La téléologie assumée concerne bien à plus ou moins long terme la prise en charge d’anomalies génétiques humaines en vue de leur traitement. Mais il est toujours “amusant” de constater une fois encore comment la réalité a posteriori vérifie la fiction qui l’a précédée.

Tags: , ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *