Un pas en avant

imageIl peut être plus efficace de choisir un chemin de traverse pour avancer que de choisir l’affrontement  pur et dur, du type de celui qui mène droit dans le mur de l’incompréhension. C’est semble-t-il l’attitude qu’adopte l’autorité suprême de l’Eglise Catholique Apostolique et Romaine à propos d’un débat aussi vieux que ces deux protagonistes, Foi et Science. Comme cette aporie traitant de l’œuf et de la poule, Foi et Science, peuvent sembler parfaitement exclusives et l’ont été effectivement de façon particulièrement violente par le bûcher et l’excommunication, ou plus gentiment par une mise à l’index,  au cours des siècles plus ou moins éloignés. Si ces démonstrations ne sont plus de mise, il n’en reste pas moins vrai que la querelle n’est toujours pas enterrée et que régulièrement encore le clergé dénonce avec plus ou moins de virulence les avancées de la science. Mais François II semble un adepte de la série, “tout peut arriver” (NATURE | COLUMN: WORLD VIEW Sharing
Faith and science can find common ground,  http://www.nature.com/news/faith-and-science-can-find-common-ground-1.18083?WT.ec_id=NATURE-20150730&spMailingID=49207299&spUserID=MTUyNTcxOTczMTcwS0&spJobID=723870937&spReportId=NzIzODcwOTM3S0  ). Deux propositions sont particulièrement intéressantes dans cet article : le rapport qui s’établit entre l’homme et la nature, de telle  sorte que par rapport à l’image de Dieu, est-il en droit ou non d’exploiter la-dite nature, mais aussi la position adoptée vis à vis d’une interprétation dynamique ou statique des textes. Sans tout expliquer, il se pourrait que ces deux éléments puissent être retenus comme “accélérateurs” des incendies qui reprennent sans cesse entre ceux qui professent la foi et ceux qui professent la science !

Tags: ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *