Qui y gagne, y perd !

A la question du jour : “Qui perd, gagne”, l’homme n’est peut-être pas le mieux loti parmi les espèces vivantes existantes et peut être également ne devrai-il pas continuer à se réjouir de ses performances ! Un peu de modestie de sa part pourrait être de rigueur. Darwin avait fait siennes les idées de Lamarck concernant l’évolution des espèces vivantes à partir d’un ou plusieurs ancêtres communs en y ajoutant le rôle de la sélection naturelle. Dans le grand et touffu arbre de l’évolution, c’est l’homo sapiens qui émerge en tant qu’espèce distincte des hominidés. Avec lui apparaissent diverses qualités parmi lesquelles sa bipédie, l’augmentation du volume de son cerveau et la diminution de sa pilosité. Parallèlement ses capacités accrues aussi bien dans le domaine pratiques que dans celui de la conceptualisation  vont accroitre les différences avec le monde animal non humain. Il semble que toutes ces modifications ne soient pas que des processus amélioratifs dans la mesure où il existerait bel et bien une contrepartie. Selon l’article Aging-Related Diseases May Be a Negative Outcome of Human Evolution (https://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/54716/title/Aging-Related-Diseases-May-Be-a-Negative-Outcome-of-Human-Evolution/&utm_campaign=TS_OTC_2018&utm_source=hs_email&utm_medium=email&utm_content=63847960&_hsenc=p2ANqtz-8bDoo9vUHD1S4jjCjczBoZd6AC392QDnMAN9dPJ7s04xh0Pb8PW1-ujJ1YWf61eW7EJNXI-rRSTU68uotz-D6QQmg_UA&_hsmi=63847960) les gènes utiles dans les premières années du développement tournent casaque en devenant délétères avec les années. Il s’agit là de la théorie de la pléiotropie antagoniste élaborée par le biologiste George C. Williams en 1957 qui s’intéressait à la[les ] cause[s] du vieillissement. C’est aussi ce qu’exprime J. Epelbaum (in Rythmes biologiques et hormonaux, Lavoisier, INSERM, 2009) avec la phrase suivante qui pourrait également servir de conclusion “Vieillir serait le prix à payer pour de meilleures aptitudes à la reproduction” !

Tags: , , ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *