Recrutement : de quel biais parle-t-on ?

etre-unique-thumb-2013-11-27-10-40-36Essais de phase I/II/III/IV, biais de recrutement, échantillonnage, tous termes dont la signification est lourde de conséquences au sein des équipes médicales impliquées dans le domaine des essais cliniques. L’échantillonnage est la première étape de toute étude clinique, expérimentale, épidémiologique et il est par ailleurs de bon ton de savoir combien d’individus doivent être recrutés et dans quelles conditions, pour utiliser les tests statistiques même les plus simples. Aujourd’hui il se pourrait bien que l’on revienne sans scrupules sur des notions devenues obsolètes pour cause d’avancées techniques en particulier dans le domaine de la génomique (Clinical Matchmaker, http://www.the-scientist.com//?articles.view/articleNo/43062/title/Clinical-Matchmaker/). Ainsi lorsque les résultats d’un essai clinique s’avèrent décevants, mettant en péril l’utilisation de la substance testée, faut-il se rapprocher de l’idée que la génomique signe l’individu unique conduisant à une nouvelle façon d’opérer, l’essai adaptatif,  défini comme suitmodifier éventuellement certains aspects, sans compromettre la validité et l’intégrité de l’essai (Les méthodes adaptatives : quand et comment les utiliser dans les essais cliniques http://www.journal-therapie.org/articles/therapie/pdf/2011/04/th111988.pdf). Il ne s’agit en aucune façon d’une simplification , bien au contraire, et ce procédé nécessite le recours à des organismes de réglementation. Il n’en reste pas moins vrai que c’est la biologie qui redonne à chacun la place d’être à part entière. Après avoir défini une maladie par des signes communs au plus grand nombre, le bon sens commun s’explique enfin : pourquoi lui n’a-t-il pas réagit comme l’autre ? Tout simplement parce que lui n’est pas l’autre !

Tags: , , ,

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *