Urbs/urbis ….

10949076974_37874b4917_b” … On devrait construire les villes à la campagne car l’air y est plus pur ! … Sous les pavés, la plage ! …. La ville a une figure, la campagne a une âme ….” Quand des citations concernant les lieux d’habitation  s’accordent sur un point celui de l’opposition entre la ville et la campagne on est tenté de croire qu’il existe un solde négatif  aux dépends de la première. C’est parce que le phénomène de l’urbanisation, vieux de plusieurs “millénaires”, subit une accélération progressivement croissante qu’ il convient de repenser le pourquoi et le comment. Les préoccupations qui se font jour dépassent en effet la somme de chacun de ses composants, voirie, découpage du sol,  densités, usages … de telle sorte que se met en place un domaine à part entière, celui qui a pris le nom de morphologie urbaine. Cette dernière qui étudie le tissu urbain cherche à tenir compte de structures sous jacentes comme s’il  s’agissait  de reconnaître à la ville une extériorité et une intériorité. Si la description par Charles Dickens du Londres de 1837  était particulièrement sombre, celle de Fritz Lang ne l’est pas moins quand il imagine en 1927 ce que pourrait être la ville de 2026. Quand on remplace dans le futur la mégapole par le moloch, c’est qu’un certain équilibre a été rompu tandis que s’est mis en place la démesure. Dés lors peut-on identifier un facteur sur lequel on pourrait agir pour faire de la ville du XXII° siècle un lieu à vivre (Metropolis now, http://www.nature.com/news/metropolis-now-1.19559?WT.ec_id=NATURE-20160317&spMailingID=50933004&spUserID=MTUyNTcxOTczMTcwS0&spJobID=882060414&spReportId=ODgyMDYwNDE0S0) ? Il existerait une voie n’empruntant pas le chemin des idées reçues, celle qui prendrait en compte l’urbanus ambulans, celui qui se déplace dans sa ville, en considérant les pourquoi et comment de ces déplacement pour qu’il ne s’agisse pas de pérégrinations désordonnées. ” … En ce qui me concerne personnellement, je suis moi, je viens de chez moi et j’y retourne …” disait Pierre Dac !

Tags:

Leave a Reply

Vous n'êtes pas un robot, n'est-ce pas ? *