Posts Tagged ‘communication intercellulaire’

Quid de Turing ?

dimanche, février 5th, 2017

 A. TURING (1912-1954) est à l’origine du test éponyme qui admet que l’on peut parler d’Intelligence Artificielle quand une personne qui engage une conversation [avec des interlocuteurs] n’est pas capable de dire lequel d’entre eux est un ordinateur. Dans très peu de temps il se pourrait bien que l’on soit en mesure de rencontrer une situation comparable mais à une échelle insoupçonnable encore en 1950. C’est ce dont traite Artificial Cells Talk to Real Ones (http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/48258/title/Artificial-Cells-Talk-to-Real-Ones/&utm_campaign=NEWSLETTER_TS_The-Scientist-Daily_2016&utm_source=hs_email&utm_medium=email&utm_content=41755995&_hsenc=p2ANqtz-99J0bzUBhtzz9dwXdeNyhL4Bhcu3NwhcEdgIclhFjDT7l2hxTglX0m3GaSyP7isI51lVYqdZeNRo-cQ9Hz8c5yQxtIsw&_hsmi=41755995 d’après l’article Two-Way Chemical Communication between Artificial and Natural Cells, http://pubs.acs.org/doi/full/10.1021/acscentsci.6b00330). Titre “accrocheur” parce que rappelant le célèbre “Les Français parlent aux Français”, il semblerait que des cellules artificielles soient en mesure de correspondre avec leurs “cousines” naturelles ! Que des cellules communiquent avec leurs congénères est une réalité connue de longue date sous le terme général de communication intercellulaire et nécessitant une première cellule émettrice puis la transformation du signal émis à partir du récepteur spécifique de la seconde. Mais dans le cas présent, les interlocuteurs miment ceux de Turing : une cellule “artificielle“/une bactérie, cellule “normale“. Si aujourd’hui le problème reste centré sur la cellule artificielle soumise soit à la nécessité de posséder son propre mécanisme de traduction, soit être indépendante de l’activité protéinique, l’avenir pourrait requérir ces cellules artificielles comme remédiateur de la même manière que l’humain requiert déjà de plus en plus son ami robot !