Posts Tagged ‘sommeil’

Même pas besoin !

mardi, janvier 12th, 2021
Visage déstructuré ( mauve) - Vente de bijoux fimo en ligne - VISAGES fimo

EEG ou Electro-Encéphalo-Gramme : technique d’enregistrement de l’activité électrique cérébrale spontanée. La moins invasive se pratique à travers le scalp et les enveloppes méningées : elle nécessite la pose d’électrodes au niveau du scalp en regard de zones privilégiées. Ce type d’exploration a permis de mettre en évidence l’existence d’ondes spécifiques de l’état de veille et de celui du sommeil. Comment qualifier l’enregistrement d’une activité électrique comparable à celle du sommeil quand l’animal, chez lequel cet examen est pratiqué, ne possède pas de structure cérébrale (https://www.livescience.com/sleep-brain-evolution-hydra.html?utm_source=notification) ? Et donc, comme le dit si bien l’article sus cité “Notre cerveau a besoin de sommeil pour fonctionner correctement. Mais il s’avère que vous n’avez pas besoin d’un cerveau pour dormir” . Quel peut-être l’intérêt d’une telle découverte ? Postuler la possibilité que la nécessité physiologique du sommeil ait précédé la structure cérébrale en tant que telle et qu’il y ait eu disjonction entre l’évolution de la structure et l’état physiologique périodique qu’elle sous-tend. Cela suggère de modifier un mode de pensée trop habituel. Faire aller de pair structure et fonction dans le champ spatio-temporel !

Dormez, je le veux !

dimanche, juin 7th, 2020
Le sommeil, c'est aussi la santé - Essentiel Santé Magazine

Le sommeil est un état suffisamment intrigant pour qu’il questionne depuis l’antiquité.Parfois qualifié de “petite mort” on lui reconnait depuis lontenps déjà plusieurs phases qui ont dû attendre le début du XXème siècle pour que l’EEG (électroencéphalogramme) encore jeune à l’époque explicite différentes ondes dites de sommeil. Depuis un petit siècle c’est la neurophysiologie qui cherche à prouver qu’il existe des systèmes d’activation et d’inhibition, des cellules, des substances secrétées. Ce qu’elle a démontré et qui est une vérité, c’est que l’absence de sommeil n’est pas à recommander, mais pourquoi ? Une nouvelle étude apporte des idées nouvelles et intéressantes How lack of sleep kills puisqu’elles abandonnent le cerveau pour lui préférer le tube digestif ! L’homme a instituer une hierarchie des organes : ainsi le cerveau s’est-il retrouvé au sommet de l’échelle tandis que le tube digestif avait position de vassal. N’est-ce pas curieux ? Cet a priori est-il a mettre sur le compte de l’absence fondamentale du sentiment d’égalité de chacun vis à vis de l’autre ou sur la présence fondamentale du sentiment de supériorité de chacun vis à vis de l’autre ? Pourquoi avoir imaginer qu’il existe nécessairement un chef d’orchestre sans lequel il n’est pas de concert réussi. Si le doute est fondateur, le cartésianisme est néamoins réducteur : on ne remonte jamais à l’identique ce que l’on a démonté tant il est difficile de recréer l’harmonie du tout initial !

Qui dort dîne !

mardi, octobre 22nd, 2019

Pourquoi le sommeil fait-il oublier la faim ? Nombreux sont ceux qui n’ont pas cru à cette assertion dont les racines dépassent probablement le XVIII° siècle, pour plonger vers le Moyen Âge, voire le siècle de Ménandre soi-même soit le quatrième siècle avant Jesus Christ. Heureusement la science est là pour apporter sa caution en démontrant la véracité de cette vulgate populaire comme le démontre l’article « Why skimping on sleep makes your brain crave sweets » (https://www.sciencemag.org/news/2019/10/here-s-how-skimping-sleep-can-change-your-appetite?utm_source=Nature+Briefing&utm_campaign=0a44aaa3a7-briefing-dy-20191017&utm_medium=email&utm_term=0_c9dfd39373-0a44aaa3a7-43241421) . En fait c’est la démonstration de la situation inverse qui constitue la preuve. Si l’on ne peut assimiler cette démarche à une démonstration par l’absurde, on pourrait plutôt effectuer un rapprochement avec ce qu’écrivait H. Bergson, « … Non, évidemment. Je n’ai pas vu, je ne verrai jamais une absence de vers. J’ai vu de la prose… (Evolution créatrice,1907). Dans cette situation encore, l’espèce murine et l’homme ont été associés pour des études croisées entre neurophysiologie comportementale, imagerie et dosages biologiques. Il existe certainement une chaîne effectrice entre les centres du sommeil, l’olfaction (lobe piriforme où se trouvent des récepteurs endocanabinoïdes et insula) et la prise de nourriture (quantité et qualité). Mais que le lecteur se rassure, la simplicité n’est pas de ce monde comme on l’a déjà démontrée à de nombreuses reprises : un facteur non négligeable mais pourtant “négligé” devra être ajouté aux précédents, le facteur chrono biologique. Donc pour se résumer ajouter une horloge qui tiendra compte des heures d’endormissement et de prise de nourriture.

Le sommeil nourrit !

dimanche, mars 10th, 2019

“Qui dort dîne” si l’on ne connaît pas avec exactitude la provenance du dicton et sa signification première, on est néanmoins aujourd’hui averti de son utilité et ce ne sont pas les publications qui suivent qui le démentiront : Can Any Animal Survive Without Sleep? (https://www.livescience.com/64873-can-animals-survive-without-sleep.html?utm_source=ls-newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=20190302-ls), Sleep Is Critical for the Zebrafish Brain to Repair DNA Damage (https://www.the-scientist.com/news-opinion/sleep-is-critical-for-the-zebrafish-brain-to-repair-dna-damage–65572?utm_campaign=TS_DAILY%20NEWSLETTER_2019&utm_source=hs_email&utm_medium=email&utm_content=70563948&_hsenc=p2ANqtz-99OA-IH7_96lBDhZfxvJxzVP4qlP31mCZRfV-9if1SRRlr6A7QyagWbupOXL3BsPXpUoj-cgOkx8jKE5terWNbLo7cSg&_hsmi=70563948) et Can You Learn Anything While You Sleep? (https://www.livescience.com/64920-how-learn-during-sleep.html). Tous ces thèmes ne manquent pas d’intérêt : survie et sommeil, ADN et sommeil, acquisition et sommeil. Le sommeil qualifié à l’instar de l’orgasme de “petite mort“, est en effet un état qui a depuis toujours tout pour inquiéter. Hypnos, étant frère de Thanatos, tous deux enfants de Nyx le triptyque est effrayant puisqu’il associe sommeil, mort et nuit ! Impossible d’imaginer que cet état qui représenterait environ et en moyenne un tiers du temps de vie ne serve à rien, voire même tire l’individu vers une sorte de néant dans la mesure où Nyx et Erèbe, le ténébreux son frère, sont enfants du Chaos primordial. Les rêves étaient déjà là pour prouver que la vie n’était pas interrompue pour autant, même s’ils posaient d’autres questions. Quoiqu’il en soit aujourd’hui au vu et au su des dernières découvertes, on serait tenté de dire qu’Hypnos et Chaos ne sont plus membre d’une même famille.

C’est essentiel

dimanche, juillet 23rd, 2017

Mais sait-on pourquoi et est-il indispensable de savoir pourquoi c’est essentiel ? Quoiqu’il en soit, cet espace de temps que l’on qualifie également de “petite mort” intrigue depuis l’antiquité, comme en témoigne, le dieu Hypnos, frère jumeau de Thanatos et père de Morphée. Comme quoi une famille sacrée peut aussi être une sacrée famille ! Ce que l’on sait de façon certaine, c’est que tout être vivant présente des périodes de sommeil, et que sa privation entraine des désordres physiologiques aussi bien que neurologiques. L’électroencéphalogramme durant le sommeil a permis de distinguer différents stades dont le sommeil dit paradoxal mis en rapport avec la période des rêves. Le chat a du reste été l’animal de choix des premières études expérimentales sur le sujet (Le sommeil paradoxal, https://www.sitemed.fr/reves/3paradox.htm). Ce qui est troublant c’est l’impossibilité encore actuelle de définir exactement ce qu’est le sommeil (Why Do We Sleep? https://www.livescience.com/32469-why-do-we-sleep.html?utm_source=ls-newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=20170720-ls). Ainsi le sommeil est-il à l’origine d’un grand nombre de théories encore invérifiables parmi lesquelles une peut-être plus prometteuse, à savoir un mode particulier de fonctionnement dont la mise en réseau des neurones. Plus fascinant encore ce toujours futur des cellules gliales qui parties de très bas dans la hiérarchie cellulaire ne cessent de grimper les échelons de la célébrité !

Pourquoi est-ce encore vrai ?

lundi, avril 25th, 2016

piero_songe_constantinNe dormir que d’un oeil, non seulement c’est possible mais c’est aussi (en quelque sorte) vrai ! En quelque sorte puisqu’il s’agit de la démonstration, basée sur différents examens complémentaires, que la première nuit dans un environnement inconnu offre un sommeil à tout le moins différent du sommeil en conditions normales (Brain Keeps Watch During Sleep, http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/45912/title/Brain-Keeps-Watch-During-Sleep/&utm_campaign=NEWSLETTER_TS_The-Scientist-Daily_2016&utm_source=hs_email&utm_medium=email&utm_content=28783150&_hsenc=p2ANqtz-9GomGx0ovlFesL6BiwY2fHfalVK_SLtKn7qxlBKTHLbzYi8QNKsjjcdAgS8RBV0XqV_KD9rs-CBY3oDGGjCaWKrGWp3A&_hsmi=28783152, Night Watch in One Brain Hemisphere during Sleep Associated with the First-Night Effect in Humans, http://www.cell.com/current-biology/fulltext/S0960-9822(16)30174-9). Sujet d’étude particulièrement “à la mode”, parce que fonction physiologique ubiquitaire, le sommeil représente encore et toujours un domaine très actif de la recherche médicale. Déclenchement, déroulement, interruption sont des moments clefs encore insuffisamment expliqués même si étudiés depuis longtemps au gré des progrès techniques.  Les questions sont tellement nombreuses à propos de cet unique sujet que son exploration en aborde tous les domaines, sans qu’aucune explication définitive n’y ait pu être apportée jusqu’à maintenant. Aujourd’hui on s’intéresse à la qualité du sommeil, le sujet placé dans des conditions inhabituelles ! Quand on sait que l’on ne sait pas quand ces conditions sont habituelles, on ne voit pas réellement quel sera l’apport de ce nouvel axe de recherche ! A moins que l’on ne fasse la modification suivante : dormir d’un cerveau et non pas d’un oeil et que cet état ne vienne ajouter une pierre supplémentaire au concept d’unité du sommeil.

Où il est encore question de sommeil

jeudi, mars 24th, 2016

tamara-de-lempicka-la-dormeuseOn connaissait l’expression “manger pour deux” que les futures grands mamans ne pouvaient s’empêcher de susurrer à l’oreille des futures mamans, aujourd’hui c’est de leur sommeil dont elles devront se préoccuper (Sleeping for Two, http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/45339/title/Sleeping-for-Two/&utm_campaign=NEWSLETTER_TS_The-Scientist-Daily_2016&utm_source=hs_email&utm_medium=email&utm_content=27549787&_hsenc=p2ANqtz-8znyhdRSzE4LZkvGoi-wg38lE4fwNJQ5ghMYFQSQ8WbkhTh1h3VKxSiIJW0ggrKZJYFTa1McZVWwMsuk9OrM97KtAEjg&_hsmi=27549787). Comme il est facile de comprendre qu’un pédiatre comme une équipe (du reste) peuvent difficilement suivre une cohorte d’individus depuis leur naissance sur un intervalle de temps suffisant pour voire apparaître des troubles corrélés au anomalies du sommeil de leur génitrice, quoi de plus tentant que de recourir à la souris dont on est à même de suivre la descendance sur plusieurs générations. Ainsi fut fait et si l’on considère qu’interrompre à plusieurs reprises le sommeil du sujet de l’expérience suit les prescriptions du bien être qui lui est indispensable, selon la charte du droit des animaux, on va obtenir des informations que par le raisonnement analogique habituel on transposera à l’homme. Mais si les résultats de l’expérimentation donnent au lecteur une information, celle d’une insulino résistance apparaissant à la vingt quatrième semaine, pour ce qui est de l’humain, l’auteur n’offre que des pistes dont aucune n’est aboutie. Et pour clore le tout, la gestation pourrait bien, par les remaniements qu’elle induit, ne pas être un état aussi physiologique que ce que l’on croyait ! On en reste bouche bée, en somme une certaine forme d’apnée comme celle dont il est question  plus haut !

Nuit, doucenuit …..

jeudi, janvier 1st, 2015

la-lectureAu lit on peut lire de différentes façons : normalement, le livre sur les genoux, la lampe de chevet sur le côté, plus dangereusement, sous la couette avec sa lampe électrique pour échapper à la sonnerie de l’extinction des feux. Aujourd’hui la tablette peut remplacer le support papier, et sa luminosité celle de la lampe. Attention danger (Powering Down, http://www.the-scientist.com//?articles.view/articleNo/41781/title/Powering-Down/) (Evening use of light-emitting eReaders negatively affects sleep, circadian timing, and next-morning alertness, in PNAS. ) ! Moins bien dormir pourrait ne pas être franchement catastrophique sauf à considérer qu’il existe également des effets secondaires : cardiovasculaire métabolique  comme l’obésité, le diabète, voire le cancer ! L’étude porte sur douze bénévoles sains, moitié hommes, moitié femmes et compare les effets des deux types de lecture, classique et électronique sur une durée de deux semaines. Mais il est une question très importante à laquelle l’article n’a pas apporté de réponse : les lectures étaient -t-elles les mêmes ? Il est quand même indispensable de savoir ce que l’on préfère lire sur papier et sur tablette, et quelle est la personnalité de celui qui préfère lire sur son livre par rapport à celui qui préfère sa tablette ! Il convient de ne jamais ignorer les possibles biais de recrutement (LOL) !!

Rêver tout éveillé

lundi, mai 19th, 2014

Chagall_Temple_and_History_of_Bacchus_Daphnis_and_Chloe-623x350Chacun connaît l’expression familière “rêver tout debout” ou mieux certainement “rêver tout éveillé“. Aujourd’hui une fois encore, la vulgate se trouve parfaitement vérifiée. En effet  rien n’est plus vrai que cette expression comme en témoigne l’article, Controlling Self-Awareness During Sleep (http://www.the-scientist.com//?articles.view/articleNo/39939/title/Controlling-Self-Awareness-During-Sleep/). Dénommé aussi petite mort, le sommeil est un état physiologique singulier, qui depuis longtemps intrigue tout observateur qu’il s’agisse de l’homme ou de l’animal. Il a en particulier été largement étudié en son temps chez le chat, dont le rythme veille/sommeil penche largement vers le deuxième terme de la proposition. L’étude du sommeil a bénéficié de la technique électroencéphalographique et d’un neurophysiologiste français, Michel Jouvet, qui étudia puis décrivit les différentes phases du sommeil faisant correspondre état et activité électroencéphalographique selon quatre stades parmi lesquels le fameux sommeil paradoxal concomitant, classiquement, de la période rêves  (phase des mouvements oculaires rapides). Au début de l’endormissement, a également été décrite la période dite hypnagogique (mouvements, hallucinations). Le plus fréquemment le sujet qui rêve n’a pas conscience de l’état dans lequel il se trouve, mais il peut se faire que cette conscience du rêve existe et que le sujet puisse même influer sur le déroulement de celui-ci ! Vrai, faux, la question pouvait se poser jusqu’à ce que l’expérience soit réalisée et concluante. C’est exactement le sujet de l’article cité. Il ne suffit que d’une stimulation entre 25 et 50 Hz par voie transcraniale dans les zones du lobe frontal et du lobe temporal pour reproduire chez des sujets ayant déjà expérimenté spontanément cette situation, une situation comparable et parfaitement artificielle.  Probablement il y a t-il un intérêt thérapeutique à cette procédure dans les états hallucinatoires  par exemple. Par contre ce que l’on ne sait pas encore, c’est s’il peut exister, à long terme, un effet délétère de ce type de stimulation. Il faudrait encore choisir entre l’action et le principe de précaution sauf si l’on souvient (funeste mémoire), des suites des séances d’électrochocs ou des cures de Sakel !