Posts Tagged ‘peintures pariétales’

L’art et l’écriture

mardi, janvier 10th, 2023

Avant le temps de l’histoire, c’est la préhistoire et la frontière intangible entre les deux époques, c’est l’écriture. Mais, et c’est là toute l’ironie de cette frontière, si l’on ne doit pas y toucher, on ne peut pas non plus la toucher ! En effet il est encore impossible de la situer dans le temps avec précision. L’activité humaine que l’on est en droit de qualifier d’art, puisqu’il s’agit d’une production non naturelle, est connue grâce à ce que l’on nomme les artéfacts que l’on s’attache à dater au moyen de techniques de plus en plus sophistiquées. Encore faut-il qu’elles aient défié les attaques du temps, c’est à dire que leur support ait pu résister pour avoir été retrouvés et reconnus comme telles. Les peintures pariétales ou rupestres font partie de ces manifestations humaines de la préhistoires essentiellement animalières, les hommes y étant rarement représentés. La plus ancienne d’entre elle, un porc sauvage, daterait de quarante cinq mille cinq cents ans av. J.-C. Lorsque la datation est possible, les mains pariétales sont datées de vingt sept mille ans. Mais il est des mains qui ne comptent pas cinq doigts et la question se pose déjà de savoir s’il s’agit d’anomalies innées ou acquises. Une autre possibilité existe : celle d’une signification donnée à cette anomalie. Est-ce l’indication d’un nombre ou d’une direction ? En d’autres termes, si le mot n’est pas écrit, cette main porte-t-elle un sens autre que celui d’être une main ?. Des points, traits et figures en Y surchargeant des représentations animalières vont plus avant (20,000-year-old cave painting ‘dots’ are the earliest written language, study claims. But not everyone agrees). Il pourrait s’agir d’indications portant sur des comportements saisonniers d’animaux sauvages, proies des chasseurs du paléolithique. Si cette hypothèse est confirmée, ce qui n’est pas encore le cas, la complexité de ces dessins s’accroit puisque l’homme a trouvé le moyen de donner plusieurs informations à partir de sa représentation picturale. Si ce ne sont pas des mots, celui qui voit le dessin en comprend la complexité. Ce qui invite à poser l’hypothèse d’une “proto écriture” vieille de vingt mille ans quand on date l’apparition de l’écriture à trois mille cinq cents av. J.-C. ! Les points, lignes et figures en Y valent-il déjà concept de nombre ou de repères dans le temps ?