Posts Tagged ‘définitions du sommeil’

O temps suspends ton vol !

jeudi, mars 3rd, 2016

hqdefaultDe même qu’il est toujours impossible de donner encore aujourd’hui une définition du temps, il reste tout aussi impossible d’en donner une du sommeil. Si “Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée” il se pourrait qu’il en soit de même de cette fonction physiologique qui semble bien appartenir à tous les êtres vivants . Et pourtant que sait-on du sommeil ? Une revue complète traitant  de ce sujet n’est certainemnt pas de trop (http://www.omagdigital.com/publication/?i=291897#{“issue_id”:291897,”page”:0}) avec pour introduction cette question,  What Lies Sleeping (http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/45341/title/What-Lies-Sleeping/&utm_campaign=NEWSLETTER_TS_The-Scientist-Daily_2016&utm_source=hs_email&utm_medium=email&utm_content=26793607&_hsenc=p2ANqtz-8_6-Kza1XTeUiOBkJt_JZxqYCPsm-fCxCl7NNaDu5w7QdXBnd371bLQe-aZsjIBOUb5N45EacJWB7S59MlnIv2FrFQiQ&_hsmi=26793607). Car n’est-il pas indispensable pour traiter d’un sujet de poser en préliminaire la bonne question ? Comme on peut le lire, les définitions sont multiples et l’enregistrement électroencéphalographique auquel on se réfère depuis Hans Berger (1920) même couplé à l’électromyographie et aux mouvements oculaires ne donne en réalité qu’une information en rapport avec le néocortex, or ce dernier n’existe pas chez les invertébrés eux qui présentent pourtant des périodes particulières/comparables que l’on peut mettre en rapport avec un remodelage indispensable à la plasticité du tissu nerveux pour laquelle les synapses ne sont pas les dernières (loin de là ! ) à avoir de l’importance. On connaît depuis longtemps l’influence de la privation de sommeil sur les performances ! Et pour terminer en majesté, c’est le rêve qui s’impose car lui aussi est ubiquitaire ; à ce propos n’oublions pas chez les mammifères le chat, qui fut l’animal de référence pour son étude pendant de longues années. On pourrait alors pour en terminer ajouter aux domaines artistiques qui en traitent depuis longtemps, une démarche ontologique qui en serait le lien spécifique. C’est un mystère que l’homme cherche à percer depuis des siècles. Parce que difficilement compréhensible depuis toujours les anciens en avaient  oeuvre des dieux et Morphée, divinité des rêves prophétiques était fils d’Hypnos (le Sommeil) et de Nyx (la Nuit). Ne sera-t-il prochainement que moléculaire !