Posts Tagged ‘ménopause’

L’âge en question

samedi, décembre 21st, 2019

A l’instar de Simone de Beauvoir, peut-on défendre cette nouvelle citation “On ne naît pas grand-mère, on le devient !”. L’hypothèse de la grand-mère est liée à l’existence de la ménopause qui n’est pas une généralité chez les mammifères. Elle reste une prérogative de l’humanité et de rares mammifères marins comme le globicéphale tropical, l’orque, le béluga et le narval. On peut donc qualifier cet état de troisième vie pour celles des espèces qui doivent l’affronter, car il y a un avant et un après à la période de fécondité. Dans la mesure où cette cessation de l’ovulation synonyme d’infertilité n’affecte pas tous les mammifères, on peut se poser la question de savoir à quoi a voulu jouer l’évolution dans ces quelques cas particuliers. Elle a en effet introduit dans les sociétés concernées un nouvel individu dont le rôle reste à déterminer puisqu’il ne sera ni chasseur/cueilleur, ni reproducteur. On aurait tendance à penser que le rôle de protecteur lui conviendrait fort bien et ce en dehors de tout conflit armé ! En tout cas c’est ce qui semble ressortir de l’étude menée par l’équipe de Daniel Franks  Postreproductive killer whale grandmothers improve the survival of their grandoffsprin ( https://www.pnas.org/content/early/2019/12/03/1903844116, résumé in Grandmother Orcas Help Young Whales Survive and Thrive: Study, https://www.the-scientist.com/news-opinion/grandmother-orcas-help-young-whales-survive-and-thrive–study-66836 ). Il ne faudrait donc pas voir le désir de rajeunissement des grand mères comme un refus d’aide aux descendants mais au contraire comme une envie que cette aide dure encore plus longtemps qu’auparavant prouvant que passé et futur peuvent contribuer à un présent meilleur et non pas pire n’en déplaise aux pessimistes de toute obédience.

Les grands mères apprécieront

samedi, février 9th, 2019

Pour ses petites filles, George Sand écrivit les Contes d’une grand mère mais même sans être écrivain, toute grand mère a en réserve une infinité de récits qu’elle ne demande qu’à raconter et répéter quand ses petits enfants lui en font la demande. Bien sûr il existe aussi dans le folklore des grands mères indignes dont la Baba Yaga est un figure légendaire. Mais c’est de Montréal que viennent les informations à ne pas manquer concernant cette indispensable cheville ouvrière de la famille (“Grandmother Hypothesis” Gets Some Support, https://www.the-scientist.com/news-opinion/grandmother-hypothesis-gets-some-support-65441, Les avantages insoupçonnés d’avoir une grand-mère, https://www.usherbrooke.ca/actualites/nouvelles/nouvelles-details/article/39558/). Le sujet est loin d’être futile, il entre dans le champ d’une hypothèse appelée “l’hypothèse de la grand mère” qui s’intéresse à l’avantage présumé qu’apporte la ménopause chez la femme. Il s’agit d’un état physiologique que ne partagent pas tous les femelles mammifères : seuls quatre cétacés partageraient cet état avec l’humain. La survenue de cette infertilité en rapport avec l’âge exprimerait un avantage sélectif devenu transmissible. Ainsi lorsque l’hypothèse sera scientifiquement confirmée pourra-ton affirmer sans être accusé de discrimination sexiste que la temporalité de la physiologie de la femme n’a aucun équivalent dans la société !