Posts Tagged ‘passé’

L’empreinte du passé

jeudi, mai 26th, 2016

2f3f404fRemonter le temps reste (restera ?) : une question ouverte ? un désir insatisfait ?  un vœu pieux ? un fantasme ? Choisir la bonne réponse (il ne peut y en avoir qu’une !). Deux attitudes s’affrontent dont une plus suivie que l’autre (Second thoughts, http://www.nature.com/news/second-thoughts-1.19934?WT.ec_id=NATURE-20160519&spMailingID=51405876&spUserID=MjA1NTExOTM5MgS2&spJobID=922260423&spReportId=OTIyMjYwNDIzS0; Teach students the biology of their time, http://www.nature.com/news/teach-students-the-biology-of-their-time-1.19936?WT.ec_id=NATURE-20160519&spMailingID=51405876&spUserID=MjA1NTExOTM5MgS2&spJobID=922260423&spReportId=OTIyMjYwNDIzS0). Dans le premier cas, la philosophie des sciences enseigne que l’épistémologie est une étape indispensable dans la construction de la pensée scientifique et comme outil, également indispensable à l’avancée scientifique. Dans le second cas,  on devrait faire table rase du passé (mais le pourrait-on réellement ?) ; cette attitude se rapprochant en fait de la dialectique concernant la connaissance :  innéité vs acquisition.  Mais surtout comment peut-on imaginer ce qui se serait passé en l’absence de ce qui s’est passé !  Cette disposition correspond en fait à ce que l’on donne comme définition de l’absence. En effet comment apprécier ce qui n’est pas, sinon en se référant à ce qui est : le vide n’existe que par rapport au plein, que serait le chaos sans l’harmonie, que serait la prose sans les vers et ainsi de suite … Pourtant en imaginant que Untel n’ait pas été à l’origine de certaines lois, lorsque celles ci se trouvent validées il n’est pas absurde de penser qu’elles auraient, malgré tout, vu le jour même à partir de raisonnements différents. Il est surtout évident que la connaissance du passé est indispensable à l’esprit critique en dehors duquel point de salut. Les romans d’anticipation peuvent remonter le temps et permettre des incursions dans le passé, pourtant la question suivante reste ouverte : doit-on agir sur le présent à partir d’un passé revisité ?

Passé, présent, avenir

mercredi, juillet 13th, 2011
Le Passé est au goût du jour ! Faut-il choisir entre la coxigrue et l’oxymore ? L’un et l’autre se dit, l’un et l’autre se disent !
Midnight in Paris en est l’exemple le plus romantique, où l’on peut élire son époque dans des passés différents, puisque chaque passé a eu son passé préféré.
La question est de savoir, pourquoi l’homme est à la recherche du meilleur dans un passé qu’il n’a pas connu ? Peut-être justement parce qu’il ne l’a pas connu, mais aussi parce que ce passé rapproche de racines qui permettent sinon d’effacer la notion de finitude, tout au moins de la minimiser en créant un équilibre entre le début et la fin.
En témoigne l’abondance des sites de généalogie qui ne font que répondre à ce besoin.
Mais plutôt que de choisir son passé, ne vaudrait-il pas mieux savoir s’en servir au présent pour un avenir que l’homme ne réussit encore qu’exceptionnellement à prévoir.

Passé, futur et principe de précaution

lundi, juillet 11th, 2011

Si en cette période estivale, vient l’envie irrépressible de mettre un terme (momentanément) à l’activité fébrile des mois qui précèdent, il faut considérer la dite envie comme un appel venu de notre passé.

Dans l’antiquité grecque, le seul travail utile que le citoyen avait le droit d’exercer, était la réflexion.Pourquoi donc, ne pas réfléchir à la société que nous faisons et à ce que la société nous fait ! Comment peut-on expliquer ce besoin du passé au travers d’une nature magnifiée, et cette utilisation de tous les moyens à notre disposition pour aller plus vite en tout !

Un frein devenant indispensable, s’impose un principe de précaution, limitateur et irrationnel.

Passé, futur et principe de précaution peuvent-ils s’accorder tels qu’on les entend aujourd’hui ?

Arrêt sur image

vendredi, juillet 8th, 2011

Aujourd’hui les informations ne se suivent même plus, elles se télescopent, puis  s’auto-détruisent, et les cendres qui en restent n’appartiennent pas plus aux unes qu’aux autres.

Nous en vivons la démonstration parfaite avec la suite des évènements de ces six derniers mois, évènements naturels, géopolitiques, mais aussi “personnels”. S’il est normal que les premiers aient des conséquences mondiales, il est plus inattendu que le dernier en date se retrouve placé sur le même plan que les précédents !

Et pouquoi sommes nous si surpris qu’il en soit ainsi ? Qu’avons nous fait du passé ? Pouvait-il nous être utile ? Il n’est aucunement question d’être “passéiste“, avant ce n’était pas mieux, mais de tirer des leçons pour que ce temps passé ne soit pas perdu.

L’idée est que ce passé doit servir à éclairer le présent-futur pour le gérer au mieux, et ce dans tous les domaines….