Posts Tagged ‘canular pseudo scientifique’

Il y a toujours un côté obscur !

dimanche, juillet 2nd, 2017

On connait les éditions à compte d’éditeur, à compte d’auteur, l’autoédition et l’édition scientifique en général (voir Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89diteur_scientifique). Bien sur, tout ceci n’aurait jamais vu le jour sans l’avènement de l’imprimerie qui a permis une diffusion à laquelle les moines copistes ne pouvaient prétendre. Le comité de lecture dans chacun des cas cités ci dessus est un obstacle que celui qui n’a jamais proposé un texte (quel qu’il soit) ne peut même pas imaginer. Mais aujourd’hui il existe, grâce en soit rendue à la toile, une autre voie :  les predatory publishers.   Certains, jaloux sans doute, parlent déjà de “dark side of publishing“. Pour le savoir, il suffit de lire   l’article, Opinion: Why I Published in a Predatory Journal (http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/49071/title/Opinion–Why-I-Published-in-a-Predatory-Journal/). Comme le souligne l’auteur, le sel du case report repose essentiellement sur l’utilisation d’un sujet pseudo médical traité dans un des épisodes d’une série américaine (Seinfeld) des années 90. Mais si aujourd’hui le chercheur est démarché à domicile par des prédateurs assumés, un canular a déjà démontré que la pseudo science est une réalité, comme ont voulu en témoigner Sokal et Bricmont dans les Impostures intellectuelles après la parution de l’article du premier en 1996, “Transgresser les frontières : vers une herméneutique transformative de la gravitation quantique”. En fait on peut établir, un parallèle entre l’aventure Sokal et les prédatory publishers. L’article du premier est paru dans la revue Social Text, créée en 1979, dont le but avoué était de promouvoir des idées créatrices dans un temps différent et pour se faire sans comité de lecture faisant confiance à ses auteurs. Les prédatory publishers jouent sur le même registre de la temporalité et de l’universalité de la diffusion d’idées nouvelles. Ils s’inscrivent donc parfaitement dans leur époque et tirent partie de cette collusion délétère entre le temps que l’homme rétrécit et l’univers sans limite de la toile. Il n’en reste pas moins vrai qu’entre les deux ne devraient pas pouvoir se glisser les prédateurs.