Posts Tagged ‘climatologie’

Attention, danger !

dimanche, octobre 18th, 2020
La lignée humaine

On ne le dira jamais assez, mais l’homme se doit de faire très attention aux conditions climatiques ! Il se pourrait bien que ce concept de “collapsologie”, n’en déplaise au néologisme, ne date pas de 2015 ! L’extinction des espèces Homo ayant précédé chronologiquement l’Homo sapiens, seul représentant actuel du genre, est probablement selon les résultats les plus récents, le fruit de refroidissements climatiques successifs (Climate Change Helped Drive Homo sapiens’ Cousins Extinct: Study). Cette redoutable participation des conditions climatiques interroge et “inquiète” sur le devenir de l’espèce humaine dans un environnement qui lui, se réchauffe. L’Homo a induit le réchauffement climatique depuis qu’il arpente la terre, et la découverte de la machine à vapeur a été considérée comme un point hypothétique de non retour absolu. Un tel réchauffement climatique, depuis cette époque, a conduit à qualifier d’anthropocène ce nouvel espace temps de l’holocène, pour bien insister sur le rôle prééminent de l’homme dans cette détérioration. Les résultats ne sont certainement pas fiables à 100% mais ils tendraient néanmoins à pointer du doigt une interrogation en ce qui concerne les capacités cognitives des espèces. Attention, danger, ce n’est pas parce que l’on est plus intelligent que l’on a plus de chance de traverser les époques pour arriver à bon port !

La climatologie en cause …. avant l’heure ?

mardi, juin 7th, 2016

partie3-%20chap1-%206è_clip_image004On imagine volontiers que des relevés climatologiques quantifiés n’ont pu apparaître qu’avec l’utilisation du thermomètre, le premier connu ayant porté le nom de Galilée en hommage éponyme  au grand homme. D’abord peu faciles d’emploi, parce que basés sur la dilatation de l’air, puis plus tard parce qu’esthétiques, des thermomètres (approximatifs en terme de mesure) ont été reconstitués pour le plaisir des yeux ; des sphères de couleurs variées se déplaçant dans un liquide incolore en fonction de la température ambiante. Il existe aussi un champ plus restreint que celui de la climatologie, celui de la météorologie, certes plus ancienne mais au combien consultée, tant il est vrai qu’il n’a jamais été inutile d’avoir quelques idées sur ce qui risquait de se produire aussi bien en ce qui concerne les cultures ou les déplacements qu’ils soient pacifiques ou guerriers. Aujourd’hui où il est de bon ton d’insister sur le grand prédateur humain, grand méchant loup de la nature, fossoyeur de toutes les espèces animales et végétales, et premier acteur des dérèglements climatiques, pourquoi ne pas s’arrêter sur la survenue d’un évènement ancien dont la cause vient d’être décryptée (Mongol hordes gave up on conquering Europe due to wet weather? https://www.newscientist.com/article/2090335-mongol-hordes-gave-up-on-conquering-europe-due-to-wet-weather/?cmpid=NLC%7CNSNS%7C2016-0206-newGLOBAL&utm_medium=NLC&utm_source=NSNS). Connus pour leurs conquêtes, pourquoi les hordes mongoles se sont-elles brusquement arrêtées en 1241/1242 dans les plaines de Hongrie ? Politique, résistance des autochtones, il semblerait plutôt, que le responsable en soit le climat ! Trop de pluies pour que les chevaux trouvent une herbe suffisamment grasse pour une alimentation saine donc performante pour continuer la conquête entreprise. Une anecdote ? Non, une donnée supplémentaire qui vient s’ajouter aux informations écrites, plus crédibles que lorsqu’elles sont orales. Non, parce que l’on sait depuis longtemps (Léonard de Vinci, les cernes des arbres) lire dans l’âme des arbres. Il est donc juste de rappeler que la tasséomancie est largement moins performante que la dendrochronologie. Mais il est vrai, aussi, que les enjeux ne sont pas les mêmes !

La climatologie urbaine en question

jeudi, août 27th, 2015

5bpt3-l_Art_Vegetal_St_SAVINE_006Murs végétaux, toits végétaux, le végétal en ville est à l’honneur. Grandement recommandé par les spécialistes en climatologie il est néanmoins peu fait état de la(les)différence(s) qui existe(nt) entre les canicules urbaines et les canicules rurales. De triste mémoire est la canicule vécue dans les grandes villes françaises en août 2003. Plus récemment, dans l’optique d’une nouvelle canicule, les conseils tirés de l’expérience précédente, n’ont pas manqué d’être réitérés. Des conseils de bon sens certes, mais qui pour certains ne vont pas dans le sens d’une diminution de la température ambiante (comme l’air conditionné) mais qui témoignent surtout d’une expérience de courte vue ce qui de ce fait, lui retire une grande partie de sa valeur ! Ainsi en est-il probablement aussi de l’émergence du végétal urbain dont on semble penser qu’il ne sera pas suffisant dans les années à venir (How cities can beat the heat, http://www.nature.com/news/how-cities-can-beat-the-heat-1.18228?WT.ec_id=NATURE-20150827&spMailingID=49408427&spUserID=MTUyNTcxOTczMTcwS0&spJobID=743993671&spReportId=NzQzOTkzNjcxS0). Des avantages existent néanmoins, ne serait-ce que l’esthétisme retrouvé des toitures ! Mais le végétal n’est pas l’alpha et l’oméga, les couleurs en raison du phénomène de l’absorption sont également à prendre en compte, ce qui fait que l’on différencie le toit vert du toit frais (green roofs et cool roofs, Looking Up: How Green Roofs and Cool Roofs Can Reduce Energy Use, Address Climate Change, and Protect Water Resources in Southern California, http://www.nrdc.org/water/pollution/files/greenroofsreport.pdf). Mais comme rien n’est fondamentalement parfait, on subodore qu’il existe des effets collatéraux encore mal connus, comme celui sur les phénomènes pluvieux qui s’ils s’avéraient diminués iraient à l’encontre de l’effet recherché ! Peut faire mieux !