Posts Tagged ‘rajeunissement’

Remonter son horloge !

samedi, septembre 14th, 2019

Si l’horloge est considérée comme un instrument dont le rôle est de mesurer le temps, celui ci étant multiple les horloges le sont aussi. Si l’on ne considère que le monde de la biologie, les horloges y sont tout aussi nombreuses. L’homme vit dans un temps qui n’est pas le temps, mais qui est son temps. Ainsi même quand on parle d’horloge biologique, sans différencier l’homme de la femme, on sous entend en fait plusieurs systèmes. Le rythme circadien est celui qui gère la succession des périodes diurnes et nocturnes, alternance au cours de laquelle de nombreuses données biologiques, constantes sur le long cours (température, hormones …) devienent des variables qui s’ajustent. En génétique, on a fait l’hypothèse d’une horloge moléculaire selon laquelle “les mutations génétiques s’accumuleraient dans un génome à une vitesse constante”. Cette hypothèse qui devra certainement être modifiée pour s’inscrire dans la théorie darwinienne de l’évolution, est utilisée par les paléontologistes d’où une échelle de temps considérablement différente. Maintenant se profile l’horloge épigénétique qui est de nouveau à échelle humaine (First hint that body’s ‘biological age’ can be reversed, https://www.nature.com/articles/d41586-019-02638-w?WT.ec_id=NATURE-20190912&utm_source=nature_etoc&utm_medium=email&utm_campaign=20190912&sap-outbound-id=B52C39B8C0B944FD30A9FFE86924C165B3354E78&utm_source=hybris-campaign&utm_medium=email&utm_campaign=000_AGN6567_0000014844_41586-Nature-20190912-EAlert&utm_content=EN_internal_32879_20190912&mkt-key=005056B0331B1EE888EF831BEF037191 ). Sans se tromper il pourrait s’agir là de tout autre chose ; Dorian Gray et son portrait ferait pauvre figure. Mais si l’on veut pouvoir juger du rajeunissement il faut dans un premier temps savoir juger du vieillissement, ce qui est fait depuis 2014 (Biomarkers and ageing: The clock-watcher, https://www.nature.com/news/biomarkers-and-ageing-the-clock-watcher-1.15014 ). Aujourd’hui les résultats sont préliminaires, la cohorte est de petite taille, mais si l’on exclut l’envie de certains de rajeunir indéfiniment on peut néanmoins cibler le traitement de certaines pathologies responsables d’un vieillissement anormalement précoce.

Dr Faust contre Dorian Gray

jeudi, juillet 21st, 2016

doctor_faustus_poster-r7e3956f0aa66431b997c1f1866308159_ybf_8byvr_324L’homme est mortel, c’est une évidence depuis la nuit des temps. C’est cette évidence qui l’a fait  chercher depuis (peut-être) un peu moins longtemps à contourner cette fatale échéance par différents types d’esquives comme par exemple, la réincarnation, la résurrection, l’immortalité de l’âme. Ce qui est de même inéluctable, c’est (le plus souvent) le chemin tout tracé du vieillissement qu’il faut emprunter pour y arriver, ce qui représente, on en conviendra aisément, un exemple parfait de double peine ! Les anomalies telles que la progéria et le syndrome de Peter Pan seront volontairement ignorés. Il existe ainsi de nombreuses références (que l’on peut qualifier de fantaisistes) à l’amélioration de cette condition : être plongé dans le Styx, boire de l’eau de la fontaine de jouvence, faire appel au diable ! Heureusement la technique est en train d’apporter une aide bien supérieure à tous ces moyens de pacotille ! ( Back in Time, Back to the Future: Aging and Rejuvenation http://www.cell.com/trends/molecular-medicine/fulltext/S1471-4914(16)30074-0, Focus on Aging,  http://www.cell.com/cell-metabolism/abstract/S1550-4131(16)30239-X). Si l’on excepte l’Ayurveda qui est une forme de médecine traditionnelle  (Asie du Sud) reconnue comme telle par l’OMS et considérée comme une médecine alternative (Occident) il se pourrait que les plus récents développements en biologie donnent accès à ce que recherche une certaine partie de l’humanité, vieillir en bonne santé, puis reculer l’âge de la mort (la supprimer restant encore du domaine du fantasme ou de l’utopie ! ). Quoiqu’il en soit, ce choix ne signe pas la négation du concept de programmation puisqu’il introduit une autre programmation. Il s’agit plutôt de remplacer la médiation de la médecine hippocratique par l’artificialité de la médecine scientifisée. Par ailleurs on peut également se reposer la question de savoir si la réflexion induite par ces nouvelles techniques doit précéder ou suivre la mise en place des techniques elles-mêmes !