Posts Tagged ‘absence’

Absence ou quantité nulle ?

mardi, juin 12th, 2018

Le chiffre est un symbole mathématique de base : il n’en existe que dix dont le zéro fait partie. Ce sont pourtant ces éléments finis qui autorisent une infinité de nombres dont la valeur tient à la position relative des dits chiffres. Le zéro en tant que chiffre a signification d’absence au sein d’un nombre. Le zéro en tant que nombre est une quantité nulle mais qui peut également être séparation entre les valeurs réelles positives et les valeurs réelles négatives. La construction cognitive mathématique chez le jeune enfant est sujette à de nombreux débats depuis les théories de Jean Piaget. Elle repose essentiellement sur deux appréhensions distinctes : tardive elle serait le fruit de l’expérience sensible, précoce elle pourrait plutôt correspondre à une intuitivité. On retrouve ici la différence classique entre connaissance innée et acquise. Un récent article, Bees Appear Able to Comprehend the Concept of Zero (https://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/54776/title/Bees-Appear-Able-to-Comprehend-the-Concept-of-Zero/&utm_campaign=TS_DAILY%20NEWSLETTER_2018&utm_source=hs_email&utm_medium=email&utm_content=63612507&_hsenc=p2ANqtz-9B2514GB8HYBWnjQYatqSX0MSZs0Oz0fYQ-nwduD_3tPm563SGJ5_WU5HY1dMFqc882YygN-07YxSSsnHqwobQPRG70A&_hsmi=63612507) vient poser plus de questions qu’il n’en résout ! Les études menées par Aurore Avargues-Weber et son équipe montreraient que l’abeille serait capable de comprendre le concept du zéro ou même l’absence d’information ! Cet(te) auteur(e) avait déjà montré en 2014 que cet insecte hyménoptère analysait une image dans sa globalité, comme l’homme à la différence de nombreuses autres espèces qui analysent l’image en partant des détails (Perception visuelle : chez les abeilles l’arbre ne cache pas la forêt, http://www2.cnrs.fr/presse/communique/3833.htm?debut=16). Mais dans le cas présent le problème vient de ce qu’il existe une réelle difficulté au concept d’absence : celle-ci en effet pouvant être regardée, selon Bergson (in L’évolution créatrice, 1941) comme l’image homothétique de la présence d’un élément connu mais reconnu comme manquant. L’abeille aurait-elle dépasser cette étape ou bien l’homme se pose-t-il des questions dépourvues de sens ?