Posts Tagged ‘biais cognitif’

Le Complot en question

jeudi, janvier 21st, 2021
VIDÉO - Les 10 théories du complot les plus répandues

Que l’on se réfère à la définition donnée par le Dictionnaire Littré ou celui de l’Académie Française, le terme “complot” a pour sens “une action secrète qui a pour but de nuire”. L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers justement parce qu’il est raisonné, n’est-on pas au siècle des Lumières, ajoute à la définition plusieurs domaines dans lesquels peut s’exercer ce qui porte aujourd’hui le nom de théorie du complot, complotisme ou conspirationnisme. Qu’il se situe dans le registre de la morale, de la logique ou du droit commun selon Diderot et D’Alembert, le complot appartient tout autant au passé, au présent qu’à l’avenir car il est à l’évidence terriblement attractif (What makes conspiracy theories so appealing?) et peut-être est-ce la raison pour laquelle il défie le temps. Un groupe d’individus qui adhère à la théorie du complot est en quête d’une explication à un état de faits qu’il n’accepte pas. L’irrationalité ressentie appelle une démonstration qui se veut rationnelle mais dont les arguments ne le sont pas. C’est l’épistémologie qui renseigne le mieux sur cet autre biais cognitif : l’individu ne possède qu’un très petit nombre d’outils du savoir, néanmoins une grand partie des informations qui sont en sa possession sont vraies et donc de nouvelles informations deviennent-elles facilement acceptables comme l’étant parce qu’elles se noient dans les précédentes. Comme par ailleurs l’individu a tout autant que la nature horreur du vide, il préfèrera une explication quel quelle soit à son absence ! Dès lors comment faire, sinon reconnaître l’existence et la force du doute positif. !

Parler pour ne rien dire

mardi, juillet 14th, 2020

Qui connaît l’effet Dunning-Kruger, étudié par les sus-dits et qui publièrent leurs résultats en ligne en décembre 2009 (https://www.researchgate.net/publication/12688660_Unskilled_and_Unaware_of_It_How_Difficulties_in_Recognizing_One’s_Own_Incompetence_Lead_to_Inflated_Self-Assessments) ? A coup sûr peu nombreux sont ceux capables d’en expliquer le principe alors que très nombreux sont ceux qui pareils à MR Jourdain le pratique en toute méconnaissance. Il s’inscrit pourtant dans la même optique que celle de la morale de la fable de  Florian Le vacher et le garde-chasse “chacun son métier, les vaches seront bien gardées” en d’autres mots celui dont ce n’est pas le métier n’est pas habilité à le pratiquer, en d’autres mots, ne pas parler de ce que l’on ne connaît pas (What is the Dunning-Kruger effect? https://www.livescience.com/dunning-kruger-effect.html?utm_source=Selligent&utm_medium=email&utm_campaign=9160&utm_content=LVS_newsletter+&utm_term=3192375&m_i=QtSH%2B4y7Iod7XjVIaJQIQE7m5nWV7Xs6OZ78TxcNQEdMNS2fZTFn6x7XTQtQt75Gudj5Ou9IIOcANI8cyx4ZROUvJPVinCX3BrzOQPSQQ2) . Or ce principe, a priori extrêmement simple, se trouve foulé aux pieds avec une constance digne d’éloges. Il s’agit ni plus ni moins d’un biais cognitif qui correspond à une surestimation de soi-même. Si un nom a été mis récemment sur cet effet, il s’agit bel et bien d’une attitude humaine décrite depuis longtemps et auquel on avait aussi attribué un mot particulièrement ésotérique, l’ultracrépidarianisme ! D’où vient-il que ses manifestations soient en constante augmentation ? D’où vient-il que ceux qui ne savent pas prennent le pas sur ceux qui savent ? Quelle est donc l’image que l’individu a de lui-même et qu’il désire renvoyer à l’autre, quelle est donc l’image qu’il a de l’autre pour qu’il veuille lui renvoyer celle qu’il croit être la la sienne ? Biais cognitif primitivement performant devenu délétère !