Posts Tagged ‘découverte’

Avant l’IA c’était comment?

lundi, mars 26th, 2018

En 1869, Mendeleïev, âgé de 35 ans publie le tableau éponyme, Classification périodique des éléments. Cette classification reposait sur le principe suivant : Les éléments, lorsqu’ils sont disposés selon leur masse atomique, montrent une périodicité apparente de leurs propriétés. John Newlands avait déjà abordé cette voie en 1863, en publiant un premier tableau où les éléments chimiques étaient classés selon leurs masses atomiques relatives. Et en 1865 la loi dite des octaves établissait que les propriétés chimiques d’un élément de la table se retrouvent tous les huit éléments. Nul n’étant prophète en son pays c’est Mendeleïev qui fut cru et Newlands brocardé. Mais ce qui différencia Mendeleïev d’un autre chimiste travaillant dans le même domaine, Julius Lothar Meyer, fut l’introduction d’une prédictivité selon laquelle on devait s’attendre à la découverte de nombreux éléments jusqu’ici inconnus. C’est en s’appuyant sur l’existence de cette périodicité que la prédiction dû de se réaliser : rapidement trois éléments purent être découverts, le gallium, le scandium et le germanium. Certainement ébloui par cette performance qui ne devait rien à la technique mais tout à l’esprit de raisonnement,  Simon Roux ,  (http://www.theses.fr/2013CLF22380) ainsi que Deyvid Amgarten viennent de combiner métagénomique (La révolution métagénomique, https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-revolution-metagenomique) et IA. Cent cinquante après le tableau de Mendeleïev cette combinaison devrait se révéler aussi magique car elle serait capable d’établir la responsabilité de virus aujourd’hui (mais plus pour longtemps !) méconnus dans des pathologies d’étiologie inconnue (Machine learning spots treasure trove of elusive viruses, https://www.nature.com/articles/d41586-018-03358-3?utm_source=briefing-dy&utm_medium=email&utm_campaign=briefing&utm_content=20180320). Pareillement armé, Mendeleïev aurait-il fait mieux?

What else !

dimanche, juin 14th, 2015

6218_250x150Nouveauté : qualité de ce qui est nouveau (Littré, Dictionnaire de la langue française, Tome 5, p 828, Gallimard/Hachette, 1968), Nouveau : ce qui est ou apparaît pour la première fois (Idem, p 825) ! Ainsi existe-t-il deux domaines de nouveautés inscrites l’une dans le passé, l’autre dans le présent. En ce qui concerne le passé, on mettra de nouveau à l’affiche les sauropsides, parmi lesquels celui que l’on pourrait appeler le “hellboy” des dinosaures (référence au héros de Guillermo del Toro)  Spiky-Headed Dino Discovered (http://www.the-scientist.com//?articles.view/articleNo/43191/title/Spiky-Headed-Dino-Discovered/), probablement peu de temps avant leur disparition lors de la crise du crétacé-tertiaire, il y a soixante millions d’années. En accord avec la sortie  de Jurassic World, ce sont éléments figurés du sang et fibres collagènes qui ont pu être recueillis et étudiés à partir d’os fossilisés d’autres dinosaures, mais contemporains des précédents,  Soft Tissue Detected in Millennia-Old Dino Bones et Dinosaur blood cells extracted from 75-million-year-old fossil (http://www.the-scientist.com//?articles.view/articleNo/43204/title/Soft-Tissue-Detected-in-Millennia-Old-Dino-Bones/) (http://www.newscientist.com/article/dn27687?cmpid=NLC|NSNS|2015-1106-GLOBAL&utm_medium=NLC&utm_source=NSNS#.VX1p0V0VhYc). Pour le présent, un poisson très mal connu, mais dont un représentant s’était échoué, il y a déjà deux courtes années sur les plages de Californie (Oarfish’s misfortune is scientists’ boon, http://www.nature.com/news/oarfish-s-misfortune-is-scientists-boon-1.14040) mais qui reste d’actualité parce qu’énigmatique,  Image of the Day: Stranded Oarfish (http://www.the-scientist.com//?articles.view/articleNo/43190/title/Image-of-the-Day–Stranded-Oarfish/). Cet animal, dit poisson ruban, appartient à la famille des Regalecidés. L’habitat de ce poisson pélagique peut atteindre mille mètres de profondeurd’où quelques difficultés d’observation. Il est amusant de relever que c’est un robot qui a pu filmer celui  qui serait à l’origine du mythe du serpent de mer. Encore des exemples (parmi tant d’autres) qui confirment, s’il en était besoin, que le passé reste obscur, et que le présent n’est pas si présent que cela !

Découvrir

jeudi, avril 16th, 2015

6a00d8341c622e53ef00e54f05a7998833-800wiDécouvrir : ôter ce qui couvre, montrer à la vue (il ne s’agit pas là du dévoilement heideggerien). Ainsi en est-il des découvertes, qui peuvent être fruit du hasard comme, vraie solution à fausse question ou à l’inverse fausse solution à vraie question, mais dans tous les cas, d’une acquisition à prendre en compte.  Quelques exemples fameux ont marqué l’histoire parmi lesquels deux viennent immédiatement à l’esprit : l’Amérique de Christophe Colomb, la pénicilline de Flemming. D’autres sont moins connus qui appartiennent pourtant au domaine du quotidien : le four à micro ondes, le Post-it, le téflon, le velcro …. Ce que l’on sait encore moins, c’est qu’il existe un terme la sérendipité qui est le fait de « trouver autre chose que ce que l’on cherchait” (http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rendipit%C3%A9). On peut, à l’évidence, utiliser ce concept à l’encontre de la p53 comme le montre de façon particulièrement instructive parce qu’universelle, l’article Setbacks and Great Leaps (http://www.the-scientist.com//?articles.view/articleNo/42463/title/Setbacks-and-Great-Leaps/). Faut-il pour autant cesser de chercher comme l’évoque de façon humoristique le dessin ci dessus ? La réponse est à l’évidence non. Depuis Aristote, l’accent a toujours été mis sur la recherche des causes premières et Descartes ne l’a certes pas contredit, lui qui a mis le doute comme démarche première avec le Cogito, ergo sum, première certitude à partir de laquelle le doute peut être utilisé comme méthode. Et donc, s’il existe une scientifique attitude,  elle ne peut résulter que d’une combinaison  équilibrée entre rigueur et doute, doute et rigueur, chacun à tour  de rôle et en refusant que le terme conclusion devienne synonyme de vérité absolue et définitive, en d’autres termes que le débat n’y trouve plus sa place.