Posts Tagged ‘régénération’

L’invention de la Mythologie

mardi, janvier 22nd, 2019

Reprendre le titre d’une publication de Marcel Detienne (tel gallimard, 2012, 252 pp), ne constitue pas la provocation d’un détracteur du sujet, pas plus que l’affirmation péremptoire d’un savant fou. Cet auteur a ouvert une sorte de boîte de Pandore en dévoilant la polysémie du terme même de Mythe auquel se rattache celui  de mythologie tout autant que celui de mythologue. Sa signification a évolué au fil des siècles et ce n’est pas son étymologie qui l’éclaircit totalement. Les auteurs grecs classiques insistaient sur la différence entre le logos, emprunt de vérité et le muthos beaucoup plus mensonger. Quant aux exégètes du XIX° siècle, ils insistaient sur ces invraisemblances qui ne pouvaient que bafouer la rationalité des pères de la philosophie. Une récente publication va ajouter une nouvelle signification à ce mot, celui de prédiction. En effet l’article Mini-Monsters with Multiple Heads Created in the Lab (https://www.livescience.com/64536-hydra-with-multiple-heads-created.html?utm_source=ls-newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=20190118-ls) rapporte ce que la science vient d’être capable de créer : une hydre miniature ! De toutes les têtes du monstre qu’Héraclès eut à affronter (quelqu’en fut le nombre !) une seule était immortelle. Ce que viennent de trouver les modernes c’est ce qui empêche cette régénération : non pas un enfouissement (cf le Héros) mais un équilibre entre activation et répression de certains gènes dont Wnt3 fait partie. Quelques millénairs auront suffi à expliquer le phénomène !

Schmidtea mediterranea ?

lundi, septembre 3rd, 2012

Les super héros font recette, en témoigne le récent  film The avengers. Comme il ne s’agit ni plus ni moins que d’empêcher un super-vilain de prendre le contrôle de la terre, une escouade de super-héros n’est pas de trop, ce que démontrent de nombreuses péripéties au cours desquelles même les meilleurs peuvent être en difficulté. C’est pourquoi dans ce monde il est utile voire  indispensable de savoir se régénérer, ce qui on le reconnaîtra bien volontiers n’est pas un processus encore bien au point chez l’homme normal en dehors des renouvellements physiologiques.  Chez le Schmidtea mediterranea c’est au contraire très simple (Moving toward regeneration, http://www.eurekalert.org/pub_releases/2012-08/sifm-mtr083012.php). Simple pour lui, puisqu’il le fait naturellement, enfin pas si naturellement si l’on considère ce que l’homme lui fait subir. Mais c’est la façon même dont il procède qui va être utile à l’expérimentateur, puisque dans le cas particulier de ce vert plat les cellules souches peuvent être suivies jusqu’au lieu où elles sont requises. La visualisation de ce cheminement pourrait être une aide à l’utilisation de ce type cellulaire à visée  thérapeutique chez l’homme car jusqu’à aujourd’hui elles atteignent rarement et difficilement leur cible. Il est bon de le redire “On a souvent besoin d’un plus petit que soi” !