Posts Tagged ‘système immunitaire’

La naturopathie, le normal et le pathologique

mercredi, juillet 13th, 2016

shutterstock_84973615Naturopathie, définition : médecine non conventionnelle qui vise à équilibrer le fonctionnement de l’organisme par des moyens jugés « naturels ». Cette médecine dite aujourd’hui non conventionnelle  répond en fait à  des méthodes anciennes (pas toujours inefficaces) mais qui, pour la majorité d’entre elles, n’ont pas été validées scientifiquement. En réalité, elles ciblent plus un bon fonctionnement de l’organisme, et se situent plutôt dans le cadre de la normalité que dans celui du pathologique dans la mesure où il s’agit en réalité d’une méthode qui doit être comprise comme préventive. Pourtant aujourd’hui on pourrait se poser la question de savoir comment appeler un traitement qui utilise des populations cellulaires normalement présentes au sein de l’organisme (Immune Cell–Stem Cell Cooperation, http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/46377/title/Immune-Cell-Stem-Cell-Cooperation/&utm_campaign=NEWSLETTER_TS_The-Scientist-Daily_2016&utm_source=hs_email&utm_medium=email&utm_content=31443693&_hsenc=p2ANqtz-8Pq2iDILvU8bwwzUND4CNd9ielU9ID6ErhsqQdEd9PaXA2X3g1sMQY8YDdwHEAImAj7nd_SjreKLoQSkiAaXP0upWFbQ&_hsmi=31443693). Dans cette étude, pas autre chose qu’une coopération cellulaire spécifique entre deux vedettes : les cellules souches, que l’on aurait tendance à mettre à toutes les sauces et les cellules du système immunitaire qui ne sont pas en reste. A elles deux, ces populations représentent deux mondes dont l’exploration, loin d’être aboutie, a encore de beaux jours devant elle et ce d’autant plus que chacune d’entre elles sait bien ce que veut dire coopération.  Ces coopérations d’abord simplement mises en évidence puis progressivement expliquées semblent, dans certains cas, outrepasser leurs devoirs en entretenant une prolifération qui s’avère redoutable pour l’organisme. Ainsi se mêlent le normal et le pathologique dans la mesure où la normalité (de la coopération cellulaire) met en place une chaîne de processus qui aboutit à une anormalité que l’on serait en droit de qualifier de normale ! Tout pense à croire que l’on pourrait éviter ce devenir, mais alors quel qualificatif conviendrait  le mieux ?  Il n’est même pas certain que Canguilhem puisse répondre à cette question !

 

Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain …..

samedi, avril 12th, 2014

imageConceptualisé dés 1882  par Metchnikoff à partir de ses observations sur les étoiles de mer, puis lui offrant en compagnie de Paul Ehrlich le prix Nobel de Physiologie ou médecine en 1908, “en reconnaissance de leurs travaux sur l’immunité », le système immunitaire n’a pas fini de faire parler de lui. C’est ce qui ressort de la lecture de l’article Deploying the Body’s Army (http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/39511/title/Deploying-the-Body-s-Army/) qui offre une revue générale en insistant sur les applications thérapeutiques qui ont pu en être tirées, sans faire l’impasse sur l’avenir de la discipline.  Plus ou moins complexe selon les espèces, spécifique ou non spécifique, son rôle est de reconnaître le soi du non soi, à condition de savoir définir avec exactitude  le premier du second ? La première des questions à se poser pourrait concerner l’examen de ce que l’on nomme le soi, car ne faudrait-il pas faire une distinction  entre un soi natif et un soi construit. Rapidement en fait le soi natif se transforme vers un premier construit résultat de la protection maternelle in utero à laquelle peut venir s’ajouter celle donnée par l’allaitement maternel. Puis, au fur et à mesure des rencontres avec le monde extérieur, la construction devient de plus en plus complexe, devenant dans le même temps de plus en plus efficace (normalement). Ne pourrait-on pas, en observant ce que devient ce système, être tenté d’accorder du crédit à la théorie selon laquelle l’existence précède l’essence ?